Credit: Jamie Sabau-USA TODAY Sports

Les Hurricanes déconseillent une offre hostile à Necas

PARTAGER

Depuis son arrivée dans le siège de DG des Hurricanes, Eric Tulsky est dans un feu roulant d’action! Celui qui est impliqué dans les opérations de l’équipe depuis maintenant dix ans, dans divers postes, a quelques joueurs importants qui peuvent devenir libres comme l’air comme Jake Guentzel, Brett Pesce, Brady Skjei et Teuvo Teravainen.

Et, surtout, il doit gérer le dossier très médiatisé de Martin Necas, un autre morceau notable dans l’alignement, qui désire un nouveau départ.

D’ailleurs, des sources ont rapporté à Pierre Lebrun qu’une équipe serait près d’une entente avec les Hurricanes et que dans le retour, il y a un choix de première ronde en 2024. Ça signifie qu’une transaction pourrait être annoncée dans les 48 prochaines heures avec un club qui aura accepté les demandes élevées d’Eric Tulsky.

L’insider est aussi d’avis que les Sabres sont parmi ceux qui ont montré un intérêt très marqué pour acquérir l’attaquant. Si on regarde uniquement les choix de première ronde, ce vendredi, Buffalo a un seul choix, le sien, qui est au 11e échelon.

Si jamais ce scénario ne se concrétise pas, l’idée qu’une offre hostile soit faite à Martin Necas commence à faire de plus en plus son chemin chez certaines équipes qui désirent donner une compensation moins élevée en retour des services de l’attaquant.

Une avenue que le DG des Canes ne conseille pas à son joueur et son agent.

« Je ne vois pas en quoi une offre hostile a un sens pour le joueur. S’il veut partir, il doit nous donner le contrôle (…) Il réduit le retour à un niveau où nous ne le laisserions pas partir. » – Eric Tulsky

Ce que le nouveau DG veut dire, c’est que, par exemple, la compensation pour une offre hostile à un salaire annuel de 9 millions $ rapporterait un choix de première ronde, un autre de deuxième tour et un dernier dans la troisième ronde.

Dans un cas comme celui-ci, les Hurricanes vont égaler la proposition d’une autre équipe sans hésiter, car cette compensation est en-deçà de ce qui est demandé actuellement pour conclure un échange.

Dans le fond, en plus de décourager ses homologues (et son joueur) d’aller vers une offre hostile, Eric Tulsky lance un message très clair : s’il n’a pas son prix, il va conserver Martin Necas, quitte à ce que l’attaquant enfile à nouveau l’uniforme des Hurricanes dès l’automne prochain.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

AUTRES

NOUVELLES