Nick Suzuki (Marc DesRosiers-USA TODAY Sports)

L’avantage numérique n’aide pas…

PARTAGER

Le Canadien a le meilleur sur les Sénateurs lors des 40 premières minutes, mais n’est toujours pas à l’abri de rien, avec une avance de 3-2.

Pourtant, on pensait le Canadien lancé après le but de Nick Suzuki qui faisait 3-1, à 8:26. Beau jeu du capitaine, qui a causé un revirement en zone neutre, bien protégé la rondelle en entrée de zone offensive avant d’effectuer un tir voilé en direction de Mads Sogaard.

Mais à peine 47 secondes après ce but, Dominik Kubalik a permis à Ottawa de rêver à nouveau en tirant sur réception une belle passe d’Erik Brannstrom.

Malgré 14 tirs contre 7 en deuxième période, le Canadien n’est assuré de rien avant le dernier vingt, entre autres en raison de son inefficacité en avantage numérique, où il est 0-en-5.

Auteur du premier but, Juraj Slafkovsky connaît un bon match, entre autres avec trois tirs. C’est le même total que Kirby Dach et un de moins que Cole Caufield et Mike Matheson.

Martin St-Louis a qualifié Matheson de « général », plus tôt dans le camp, et le Québécois le prouve à nouveau ce soir avec 14 m 03 s passées sur la glace.

En attaque, Suzuki (13:39) et Caufield (13:00) sont encore les plus utilisés. Leur partenaire sur le premier trio, Rafaël Harvey-Pinard, ne joue pas en avantage numérique et ça paraît: il n’a été utilisé que 7:52 jusqu’ici.

RHP a néanmoins effectué une belle remise à Suzuki lors d’un deux contre un, mais le capitaine a raté la cible.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

AUTRES

NOUVELLES