Logan Mailloux (Eric Bolte-USA TODAY Sports)

Devils-CH: qui mérite une étoile dans son cahier?

PARTAGER

Le Canadien s’est incliné 4-2 contre les Devils du New Jersey ce soir, à l’occasion de son premier match préparatoire.

Jack Hughes a complété la marque pour les Devils à 5:10 de la troisième période.

Le Canadien a retiré Jakub Dobes en fin de rencontre pour tenter de marquer deux buts, mais en vain.

Un match préparatoire, c’est un match préparatoire. Il faut en prendre et en laisser.

Mais il faut notamment mentionner la bonne performance de Logan Mailloux, Joshua Roy et David Reinbacher, chez les jeunes, ainsi que de Josh Anderson, chez les vétérans.

« Une game parfaite, ça n’existe pas », a dit Martin St-Louis, ce matin. Ça s’applique parfaitement à la soirée de Mailloux.

S’est-il parfois trop compromis en zone offensive? Oui. S’est-il fait battre en zone défensive? Oui. Mais on a vu ce soir à quel point Mailloux est confiant. Il aime se porter en attaque, transporter la rondelle, tenter de déjouer l’adversaire et créer des jeux. Il aime aussi frapper!

Parfois, son agressivité, autant offensive que défensive, lui nuit. Il saura canaliser tout ça au fil des années, mais ses attributs sont indéniables… et franchement intéressants.

Reinbacher, lui, est beaucoup plus « effacé ». En fait, il a même un drôle de style sur la glace. Il contrôle la rondelle un peu comme si ses coudes étaient barrés. Vous voyez l’image?

Mais Reinbacher a un excellent sens du jeu. Bon passeur, il garde les choses simples et vise plus souvent la passe que les montées.

Il ne sera jamais le plus spectaculaire ni le plus productif offensivement, mais il a le talent pour devenir l’homme à tout faire du CH à la ligne bleue. Et ça, on ne dit pas ça uniquement en raison de son match ce soir. Safe and sound, comme dirait l’autre.

Quant à Roy, il a marqué le premier but du Canadien et on a pu voir son flair offensif. Il est confiant avec la rondelle, il a de bonnes mains, il peut autant tirer que passer. Son passage à Sherbrooke et, surtout, avec Équipe Canada junior, lui a fait prendre conscience de l’importance du jeu défensif. Un attaquant intelligent.

Pour finir, Anderson semblait en grande forme sur le trio d’Alex Newhook et Juraj Slafkovsky. Pendant que Slaf hésitait et prenait (encore) plusieurs mauvaises décisions — normal, il a 19 ans —, Anderson avait des ailes, a marqué un but et aurait pu terminer la soirée avec deux ou trois. On a vu sa vitesse et sa robustesse.

Pendant que Mailloux, Reinbacher, Roy et Anderson regarderont l’étoile dans leur cahier, le Canadien profitera d’un congé demain, avant de se préparer mercredi matin pour la visite des Sénateurs, en soirée.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

AUTRES

NOUVELLES