(crédit photo: Sergei Belski)

Draisaitl a le destin des Oilers entre ses mains

PARTAGER

EDMONTON – Alors que les Huileux se préparent à un vendredi soir unique en son genre, la tâche d’Edmonton, qui s’apparentait autrefois à un Everest, peut être surmontée de la façon suivante : Si Leon Draisaitl connaît une seule soirée monstrueuse au cours des quatre prochains jours, les Oilers d’Edmonton seront champions de la Coupe Stanley.

Oui, une seule équipe peut gagner la Coupe Stanley vendredi soir, mais c’est aussi simple que cela. Si Draisaitl domine, les Florida Panthers seront en grande difficulté.

Connor McDavid menace deux autres records de Wayne Gretzky, ce qui est ridicule en soi, et il est maintenant sur le point de réaliser les meilleures séries éliminatoires individuelles de l’histoire du hockey.

Et d’une manière ou d’une autre, son partenaire de crime, le Batman de Superman – et le meilleur joueur de séries éliminatoires de sa génération – est menacé d’une chose qui ne s’est jamais produite au cours de ses 12 séries d’après-saisons précédentes. Il n’a jamais manqué d’inscrire au moins trois points dans une série. Les Panthers l’ont limité à deux passes décisives en cinq matchs.

Points de McDavid et Draisaitl au cours des présentes séries

Connor McDavidAdversairesLeon Draisaitl
12Los Angeles (5 parties)10
9Vancouver (7 parties)14
10Dallas (6 parties)4
11Flordie (5 parties)2

Draisaitl a obtenu une moyenne de 10 points par ronde au cours des trois dernières séries éliminatoires, y compris ce printemps. Jusqu’à présent, la Floride l’a blanchi dans quatre de ses cinq matchs, ce qui laisse perplexe le triple buteur de 50 buts. Il semble clairement jongler avec une blessure, mais il ne semble pas peiner lorsqu’il patine.

Ce qui est étrange dans ces séries, c’est que McDavid, que l’on croyait atteint d’une blessure à la hanche qui nécessitera probablement une intervention chirurgicale et qui n’avait pas sa fougue habituelle au début, semble être en meilleure santé au fur et à mesure que les Oilers avancent dans le match. L’effet cumulatif semble avoir atteint Draisaitl.

Il n’y a pas d’indice évident, mais c’est la seule explication logique, n’est-ce pas? Draisaitl a obtenu 24 points lors des deux premières rondes ce printemps, mais il n’en a récolté que six depuis.

« C’est très frustrant, bien sûr », a déclaré Draisaitl la semaine dernière, lorsque les Oilers se sont retrouvés dans un trou de 3-0. « Je suis fier d’être bon en séries éliminatoires et de bien jouer. Je n’arrive pas à faire avancer les choses. Il est évident que je dois me regarder dans le miroir et essayer d’être meilleur. »

Ce n’est pas n’importe quel joueur qui dit qu’il doit se regarder dans le miroir alors que les Oilers s’apprêtent à disputer un troisième match sans lendemain. Certains joueurs sont nés avec le gène de l’embrayage et Draisaitl est l’un d’entre eux, ayant fait ses preuves à Kelowna en tant que joueur le plus utile et meilleur marqueur de la Coupe Memorial. Plus tôt cette saison, Draisaitl, maintenant âgé de 28 ans, est devenu le troisième joueur le plus rapide de l’histoire à enregistrer 100 points en séries éliminatoires en carrière. Les deux autres? Le Merveille et Super Mario.

Draisaitl a mené deux saisons différentes – une fois pour les buts (2023) et une fois pour les points (2022) – malgré le fait qu’il s’agit de sa première participation à la finale de la Coupe Stanley. Pensez-y.

Il a également fait preuve d’une incroyable capacité à jouer blessé, ce qui rend ces deux dernières séries d’autant plus surprenantes. Handicapé sur une jambe par une entorse de la cheville, Draisaitl a torpillé les Flames de Calgary avec 17 points en cinq matchs lors de la bataille de l’Alberta en 2022 – une légende dont on parle encore de part et d’autre de Red Deer.

C’est pourquoi l’entraîneur Kris Knoblauch affirme que la production de points n’a pas permis de brosser un tableau exact de la situation, même si c’est sur cette base que toutes les superstars sont jugées.

« On regarde les points et les buts, et souvent on se dit qu’il ne joue pas bien », a déclaré Knoblauch jeudi.

Knoblauch a déclaré que le nombre d’occasions par rapport aux buts marqués « ne correspond pas » et que cela « ressemble beaucoup à ce que j’ai dit après les trois premiers matchs de cette série pour notre équipe, et cela pourrait être la même chose que ce que je vais dire à propos de Leon ».

« Il ne s’agit pas d’un tableau complet », a déclaré Knoblauch. « Je pense au jeu de Leon en ce moment : il joue bien. Est-ce qu’il a parfois été comme contre [les Kings] dans la série de Los Angeles, ou d’autres fois pendant les playoffs? Peut-être pas tout à fait. Mais c’est quand même pas mal. Il a fait beaucoup de choses pour notre équipe, mais il a manqué de buts et de passes décisives, et cela a beaucoup à voir avec le facteur chance. »

La chance peut jouer un petit rôle. Après tout, c’est le même message que Knoblauch a fait passer après le troisième match, lorsque les Oilers ont marqué quatre fois au cours des trois premières rencontres. Le barrage a cédé avec huit buts marqués contre Sergei Bobrovsky et Anthony Stolarz dans le match 4.

Il y a aussi un élément de l’alignement que Knoblauch n’a pas encore réussi à débloquer. Draisaitl a joué le cinquième match avec Ryan Nugent-Hopkins et Dylan Holloway. Il a également joué avec Ryan McLeod, Corey Perry et Adam Henrique dans cette série – en plus de son déploiement habituel en cas d’urgence avec McDavid et Zach Hyman dans les moments les plus stressants.

Evander Kane devrait être de retour pour le match 6 après une absence de deux matchs pour cause de blessure, ce qui offre une nouvelle série d’opportunités pour trouver le bon mélange.

« Nous avons des possibilités », a déclaré Knoblauch lorsqu’on l’a interrogé sur la disponibilité de Kane jeudi.

En remontant la pente dans cette série, les Oilers ont retrouvé la plupart des ingrédients de leur recette du succès. Le meilleur buteur des séries, Hyman, s’est inscrit au tableau d’affichage pour la première fois. Leur jeu de puissance a frappé deux fois dans le cinquième match après avoir commencé la série sur un score de 1 pour 16.

Ils ont même obtenu un autre but en infériorité numérique d’une source improbable, Connor Brown, qui a été rayé de la feuille de match pendant tout le premier tour des séries éliminatoires.

La dernière place libre sur la carte de bingo est le numéro 29. D’une manière ou d’une autre, Draisaitl aura beaucoup à dire sur le résultat. Le capitaine Connor a fait plus que sa part du travail, avec deux matchs consécutifs de quatre points pour la première fois en finale. Il ne reste plus qu’à Draisaitl de tenter de soulever 34,5 livres de gloire.

L’article original a été publié sur Daily Faceoff.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

AUTRES

NOUVELLES