© Stephen R. Sylvanie-USA TODAY Sports

Michael Hage démontre sa grande maturité

PARTAGER

Le camp de développement des Canadiens de Montréal est en branle depuis déjà deux jours. Puis, malgré l’absence prévue d’Ivan Demidov, les fanatiques de la Flanelle avaient plusieurs trucs pour se régaler.

L’un de ceux-ci demeure certes la présence de Michael Hage, qui a été sélectionné au 21e échelon lors du dernier encan amateur. Rappelons que le Tricolore souhaitait tellement mettre le grappin sur Hage, que Kent Hughes a bougé son 26e choix, avec un choix de 2e tour, pour acquérir cette pièce numéro 21.

Cet espoir de haut niveau du CH a d’ailleurs présenté ses mains vives lors de l’entraînement matinal intense des espoirs du bleu-blanc-rouge. Il possède tous les attributs pour se tailler un poste, le moment venu, comme deuxième pivot au sein de cette formation montréalaise.

Puisqu’il est de passage à Montréal, celui-ci en a profité afin de rendre visite à sa grand-mère de 89 ans, qui habite toujours cette métropole québécoise. Puisque sa grand-maman ne pouvait pas se déplacer à Vegas le weekend dernier, Hage se devait d’enfiler son chandail bleu-blanc-rouge lors de sa rencontre.

Cela dit, le jeune homme doté d’une très grande maturité a chuchoté à sa mère, avant le choix numéro 21, à quel point il apprécierait être recruté par les Canadiens de Montréal. Son plus grand rêve a donc été exaucé. C’était l’euphorie au sein de sa famille et ses amis lorsque tout ce beau monde a constaté qu’il était appelé sur la scène par le CH.

Puisqu’il est question de maturité, voici un dialogue fraîchement déposé par Hage qui résume parfaitement son type de personnalité:

Cette citation démontre que le Canadien de Montréal a une fois de plus bien rempli ses devoirs en optant pour un être humain de très grande classe. Kent Hughes et son équipe veulent construire une fondation sans aucune faille et jusqu’ici, cet objectif est pleinement comblé.

Selon vous, Hage pourrait-il devenir un attaquant de pointe au sein des Canadiens de Montréal d’ici deux ou trois ans?

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

AUTRES

NOUVELLES