Credit: Aaron Doster-USA TODAY Sports

Patrik Laine et le CH: pas si vite!

PARTAGER

Le nom de Patrik Laine est rapidement devenu la saveur du jour sur les réseaux sociaux puisque celui-ci a indiqué son désir, soit celui d’obtenir un (autre) nouveau départ. Laine souhaite donc quitter Columbus afin de rejoindre une nouvelle organisation et le nom des Canadiens est aussitôt monté en surface.

Il n’y a rien de complexe. Si un «gros» nom devient disponible, les amateurs du bleu-blanc-rouge se mettent à jouer au jeu des spéculations. Les fanatiques aiment s’amuser, tout comme les médias, qui font de même dès qu’une annonce comme celle de Laine survient.

Par contre, on doit prendre notre gaz égal, comme l’a justement fait Eric Engels lorsqu’il s’est prononcé au sujet du dossier Laine.

«Serait-il la cible principale des Canadiens? J’ai du mal à le croire, mais je ne pense pas qu’il soit exclu de la liste des personnes qu’ils pourraient considérer!» – Basu

Engels possède un brin de vérité. Un directeur général qui a besoin de punch offensif ne ferait pas son boulot s’il ne contactait pas Don Waddell et les Blue Jackets de Columbus. Le Triocolore a nettement besoin de greffer un soupçon de talent à son attaque puisqu’il manque deux candidats pour le top-6.

À noter qu’il empoche un salaire moyen de 8.7 millions de dollars jusqu’en 2026.

Waddell, ancien DG des Hurricanes de la Caroline, serait-il prêt à jacasser avec Hughes, malgré l’histoire des offres hostiles à Sebastian Aho et Jesperi Kotkaniemi? La réponse devrait être oui puisque c’est Marc Bergevin qui était en poste lors de ce chapitre.

Cela dit, Laine est un marqueur redoutable, mais est-il vraiment dessiné pour évoluer dans un système d’échec avant comme celui préconisé par Martin St-Louis? En plus de ça, il visite l’infirmerie la plupart du temps. Notons également qu’à la suite du décès de son père, il se retrouve sur le programme de la LNH.

Il n’en demeure pas moins que le gros ailier a fait scintiller la lumière rouge à 204 reprises en 480 rencontres au sein de la Ligue nationale de hockey, ce qui est loin d’être atroce. Surtout que le CH a besoin de francs-tireurs supplémentaires au sein de son groupe.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

AUTRES

NOUVELLES