(crédit photo: NHL.com)

22 juin: Les Nordiques repêchent Eric Lindros

PARTAGER

Il y a exactement 33 ans aujourd’hui, les Nordiques de Québec montaient sur le podium à Buffalo afin de sélectionner Eric Lindros au tout premier rang de l’encan de 1991, et ce malgré que l’attaquant les ait avertis qu’il ne jouerait jamais pour l’équipe.

À son année de repêchage, l’Ontarien avait récolté 149 points, dont 71 buts, avec les Generals d’Oshawa dans la Ligue de hockey de l’Ontario (OHL). Pour plusieurs, Lindros était de la trempe des Wayne Gretzky et Mario Lemieux.

Pour Pierre Pagé, directeur général et entraîneur des Nordiques à l’époque, il était impensable pour l’équipe de ne pas le sélectionner. « Le choix était facile parce qu’il était de loin le meilleur joueur disponible », a-t-il indiqué en 2016 à NHL.Com.

Malgré une offre de contrat de 50 millions de dollars sur 10 ans, Lindros a tenu à ses convictions et n’a pas joué dans la Ligue nationale de hockey (LNH) pendant l’entièreté de la saison 1991-92.

Plusieurs années plus tard lors d’une entrevue, Eric Lindros avait révélé que son refus de signature avec Québec était lié au propriétaire de l’équipe, Marcel Aubut, mettant ainsi fin aux nombreuses rumeurs concernant ses motifs.

La saga s’est finalement terminé le 30 juin 1992 lorsque le numéro 88 a été transigé aux Flyers de Philadelphie dans une transaction monstre. En retour du jeune joueur, les Nordiques ont obtenu Peter Forsberg, Ron Hextall, Steve Duchesne, Kerry Huffman, Mike Ricci, Chris Simon, un choix de première ronde en 1993, un autre en 1994 et une compensation monétaire de 15 millions de dollars.

Encore à ce jour, cet échange est l’une des plus importantes dans l’histoire de la LNH. Avec un tel retour, on comprend les Nordiques d’avoir été patients dans ce dossier.

À l’époque, un arbitre a dû trancher dans le dossier afin d’officialiser l’échange aux Flyers. Pourquoi donc? Parce que les Nordiques avaient aussi accepté l’offre des Rangers!

Si le scénario avait été différent, Québec aurait mis la main sur Tony Amonte, Alexei Kovalev, John Vanbiesbrouck, Doug Weight, trois choix de première ronde et 12 millions de dollars!

Voici un extrait fascinant d’un article de journal de l’époque abordant cette situation:

À sa première saison à Philadelphie, l’attaquant de 6 pieds 4 pouces a été sensationnel avec une production de 75 points en 61 parties jouées.

Au cours de sa carrière, Lindros aura porté l’uniforme de quatre formations différentes, bien évidemment celui des Flyers de Philadelphie, des Rangers de New York, des Maple Leafs de Toronto et des Stars de Dallas.

En 2016, le joueur de centre est introduit au Temple de la renommée du hockey. L’année suivante, il est nommé au sein des 100 meilleurs joueurs de l’histoire de la LNH.

Malgré les nombreuses blessures, Lindros aura marqué l’histoire de la LNH avec une récolte de 865 points en 760 rencontres. Toutefois, il n’aura jamais été en mesure de soulever la prestigieuse Coupe Stanley.

Voici une vidéo qui résume à merveille les ennuis de santé du joueur au cours de sa carrière:

Un lien entre Eric Lindros et Patrick Roy?

Pour les adeptes de faits farfelues, la saga Eric Lindros a bel et bien un lien avec Patrick Roy, plus particulièrement l’arrivée de ce dernier chez l’Avalanche.

Avec le choix de première ronde de 1993 des Flyers, Québec a repêché le gardien de but Jocelyn Thibault, lui qui a éventuellement été impliqué dans la transaction amenant « Casseau » au Colorado peu de temps après la relocalisation de la franchise de Québec.

Fait intéressant à raconter à vos chums lors de votre prochain barbecue!

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

AUTRES

NOUVELLES