Justin Barron (LNH.com)

Barron n’est pas forcément le septième défenseur

PARTAGER

BROSSARD – Justin Barron a joué avec le feu lors du camp d’entraînement, mais il a néanmoins obtenu la confirmation, ce matin, qu’il allait débuter la saison à Montréal.

On dit « jouer avec le feu », car Barron avait un poste à perdre – et non à gagner – lors du camp, après avoir récolté 15 points en 39 matchs avec le Canadien, lors de la deuxième moitié de la dernière saison.

Un rythme de 32 points par 82 matchs qui a bien du bon sens quand on n’a que 21 ans (22 le 15 novembre).

« Je me sentais bien au camp, je crois avoir bien fait, dit l’ancien de l’Avalanche du Colorado. Je veux construire là-dessus. […] C’est un bon sentiment. J’amorce la saison sur une meilleure note [que l’an dernier]. Je dois toutefois continuer à travailler et à m’améliorer. J’espère jouer les 82 matchs cette fois. »

Plus confiant

Barron a failli revivre la même chose qu’il y a un an, alors qu’on lui avait fait débuter la saison à Laval. Mais cette fois, il a eu le meilleur sur Mattias Norlinder, Gustav Lindstrom et Logan Mailloux, notamment, pour le dernier poste disponible en défense.

« J’ai essayé de rester dans le moment présent, lors du camp, raconte le numéro 52. L’an dernier, je n’avais pas vraiment aimé mon camp. Cette fois, j’étais plus confiant. Je suis vraiment content [de faire l’équipe]. »

La décision de garder Barron à Montréal ne découle pas seulement du camp d’entraînement. On a sans doute aussi regardé sa progression l’an dernier, alors qu’il a avait amassé 16 points en 25 matchs à Laval avant son rappel.

Car, si l’on s’était fié uniquement au camp, Norlinder — le dernier défenseur retranché — a mieux paru que lui. Ou, du moins, on l’a beaucoup plus remarqué.

Pas forcément le septième défenseur

St-Louis a dit ce matin que Barron n’était « pas forcément » le septième défenseur du club et qu’il allait y aller « match par match » pour déterminer les six arrières habillés.

Mais Barron, un bon patineur, sait qu’il devra contribuer offensivement s’il veut demeurer dans la formation.

« Arber [Xhekaj] et moi avons partagé le temps sur la deuxième vague [d’avantage numérique], l’an dernier. Arber a fait du bon boulot. Il est bon offensivement, il a un excellent tir. J’espère avoir la chance de me faire valoir et la saisir, cette chance. Cela dit, je crois que je suis maintenant un défenseur plus complet. »

À noter que ce matin, Barron effectuait des rotations sur la troisième paire, qui est présentement formée de Jordan Harris et Arber Xhekaj.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

AUTRES

NOUVELLES