Crédit: Derek Auerman

Cole Beaudoin: un joueur intrigant pour le CH

PARTAGER

Votre humble serviteur demeure un adepte des repêchages et des repêchages «simulés». C’est très amusant d’offrir nos prédictions en vue d’un encan amateur.

Cela dit, chez les Canadiens de Montréal, Kent Hughes et son groupe possèdent entre leurs mains deux choix au premier tour, soit les 5e et 26e rangs. Attardons-nous sur le 26e échelon puisqu’un joueur, que Simon «Snake» Boisvert adore, pourrait devenir la propriété du bleu-blanc-rouge.

Il est question de Cole Beaudoin, un Ontarien qui parle un brin français (ses grands-parents détiennent d’ailleurs un chalet au Québec) et un joueur qui possède une tonne d’habiletés.

Beaudoin n’est pas le patineur le plus rapide, quoiqu’il est très puissant sur patin, mais son arsenal est très séduisant pour une direction puisqu’il est dominant avec le disque et également sans celui-ci. Il est un spécialiste de la protection de la rondelle et défensivement, il se replie afin de protéger son territoire.

En raison de ses qualités et du style qu’il préconise, ce ne serait pas surprenant qu’il évolue au sein de la Ligue nationale au sein d’un bottom-6 (dans un avenir rapproché).

Éric Leblanc (RDS) a d’ailleurs déposé les déclarations d’un recruteur au sujet de Beaudoin.

«Si tu parviens à repêcher Beaudoin après le 25e rang, tu es mort de rire!»

Bruce Richardson a pour sa part dirigé Beaudoin, comme adjoint, lors du Championnat mondial des moins de 18 ans:

«Il a été mon coup de cœur! C’est un Tkachuk, il est fort physiquement avec un bon sens du hockey, son niveau de compétition est incroyable et c’est difficile de jouer contre lui. J’ai adoré sa manière de se comporter et comment il jouait dans toutes les phases. Je n’aurais pas peur de le repêcher parmi les 10 premiers, même si je sais que ça n’arrivera pas. Des gars comme (Berkly) Catton, McKenna et Iginla ont plus un effet wow dans leur game. Avec lui, tu n’en verras pas, mais il sera très efficace pour une équipe qui veut gagner un championnat!»

Il demeure intrigant et il figure certes sur la liste d’emplettes des Canadiens de Montréal, lui qui fit avec la culture et le style de jeu préconisé par Martin St-Louis. Sa maturité est également une facette qui a certes charmé les Canadiens de Montréal lors de ses entretiens avec le jeunot de tout juste 18 ans.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

AUTRES

NOUVELLES