(crédit photo: La Poche Bleue)

Comment soutenir son enfant au hockey, sans stresser!

PARTAGER

Ah, le tourbillon d’émotions qui accompagne chaque match de hockey, surtout lorsqu’on est parent.

On vit ces moments avec intensité, parfois un peu trop même. Mais voici ce que j’aurais aimé savoir plus tôt en tant que mère d’un joueur de hockey.

Je vous mets dans une situation que vous devez vivre presque toutes les fins de semaine.

Imaginez-vous, en train d’assister à un match important, peut-être même en finale d’un tournoi. Votre enfant est sur la glace, vous observez chaque fait et geste qu’il fait. Vous remarquez qu’il ne semble pas être au top de sa forme. Vous vous demandez ce qui se passe. Il patine moins vite que d’habitude, il chute fréquemment. C’est déconcertant, voire fâchant. Votre frustration grandit de plus en plus chaque fois que votre enfant fait une erreur sur la glace ou qu’il ne patine pas assez vite à votre goût. Vous laissez échapper des soupirs et vous commencez peut-être même à crier des phrases du genre : BOUGE TES PIEDS, LÈVE TA TÊTE, PATINEEEEE!

Nous avons tous vécu ce genre de moments, n’est-ce pas? Mais que faisons-nous après le match, quand notre enfant sort de la chambre de hockey, conscient lui aussi de sa piètre performance?

Le réflexe initial de beaucoup de parents est de laisser échapper leur déception : « Qu’est-ce qui s’est passé ? Tu n’as vraiment pas bien joué aujourd’hui. Je suis déçu, je suis fâché, j’en reviens pas que tu tombes encore sur la glace malgré toutes les heures de pratique que tu fais !! »

Et puis la discussion se poursuit dans la voiture, les questions fusent : « D’habitude, tu es bien meilleur que ça. Pourquoi as-tu eu autant de difficultés ? Pourquoi tu as manqué le but ? »

STOP ! Agir ainsi ne fait que compliquer les choses : Pourquoi vous direz ?

  1. Parce que cela aggrave l’anxiété de performance de votre enfant. Imaginez comment il se sentira lors du prochain match, sachant que s’ il ne joue pas assez bien pour vous, il sera réprimandé en terminant son match. Sera-t-il dans de bonnes conditions mentales
    pour bien jouer ou sera-t-il simplement obsédé par la peur de décevoir ses parents?
  2. Cela diminue sa confiance en lui. Ce n’est pas parce qu’il a fait un mauvais match que cela fait de lui un mauvais joueur! Vous-même, en tant que parent, avez-vous toujours des journées parfaites au travail? Non, bien sûr que non. Est-ce que vous aimeriez avoir des reproches après des moments difficiles et savoir que vous avez déçu les personnes qui vous sont chères ?

Alors, que faire dans ces moments-là ?
● Laissez passer les émotions. Ce n’est pas le bon moment pour discuter des points
négatifs juste après le match.
● Prenez un moment pour vous calmer, pour respirer, pour vous soutenir mutuellement en
tant que parents.
● Encouragez votre enfant à partager ses propres réflexions sur le match, sans imposer
vos opinions. Écoutez-le, restez calme et rassurant.
● Favorisez une communication constructive. Commencez par souligner un ou deux
points positifs pour montrer votre soutien, puis abordez calmement les aspects à
améliorer.

En fin de compte, rappelez-vous que votre rôle en tant que parent est d’offrir un soutien
inconditionnel à votre enfant, peu importe ses performances sur la glace.

Encouragez-le, soutenez-le et rappelez-lui que chaque match est une occasion d’apprendre et de progresser et que vous, vous allez continuer à geler dans les arénas pour le voir s’épanouir et avoir du PLAISIR. Parce qu’au final, c’est un LOISIR, il faut se rappeler que le rôle principal d’un enfant est d’apprendre et s’amuser, alors commençons en donnant l’exemple en encourageant positivement nos enfants dans les arénas.

Caroline Toulouse-Davidson Coach psychologique

Instagram : https://www.instagram.com/power_play_mental/

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

AUTRES

NOUVELLES