Jakob Pelletier, Journal de Montréal

Deux cirques dans l’Ouest canadien!

Les Flames de Calgary et les Canucks de Vancouver ont fait parler d’eux pour les mauvaises raisons, en fin de semaine. De vrais cirques! Pour des raisons bien différentes.

Commençons par Calgary. Darryl Sutter a volé à Jakob Pelletier ce qu’il ne sera plus jamais capable de retrouver: le plaisir de disputer son premier match dans la LNH.

« Quel numéro il a dont? », a répondu Sutter quand un journaliste lui a demandé de parler de son premier match.

Tu ne sais pas quel numéro il a? Bullshit. Le kid pratique avec toi chaque jour depuis deux semaines. C’est l’un des meilleurs espoirs de ton équipe.

Sutter a dit ça juste pour être condescendant et montré à tout le monde qu’il s’en foutait royalement du premier match de Pelletier.

Au lieu de lire sa ligne de stats, ça aurait été quoi de simplement dire: « Je suis content pour lui. C’était un premier match. Il y a évidemment eu des hauts et des bas. » That’s it.

Sutter ne l’aurait pas complimenté tant que ça, il n’aurait pas menti non plus… il aurait simplement fourni une réponse classique et n’aurait pas gâché le moment de Pelletier.

Mettez-vous à la place du kid. Il réalise son rêve de jeunesse et entend son coach dire ça après. Et depuis, on ne doit lui parler que de ça.

Je le répète: Sutter a volé le moment de Pelletier. Pas fort le dinosaure! Ça rime en plus.

Le supplice de la goutte de Boudreau

Encore plus à l’Ouest, le cirque de Bruce Boudreau est terminé. Je n’avais jamais vu ça! Le président Jim Rutherford qui avoue aux médias, il y a quelques jours, qu’il est « à la recherche d’un entraîneur et que présentement, Boudreau est le coach des Canucks ».

Hip boy. Boudreau a dû bien dormir depuis!

Puis, samedi matin, les insiders qui sortent qui sortent que Boudreau en sera en soirée à son dernier match à Vancouver et qu’il sera remplacé par Rick Tocchet.

Boudreau qui a les larmes aux yeux devant les médias avant la rencontre. Qui pleure derrière son banc après celle-ci, sous les applaudissements de la foule. Qui est encore émotif après le match devant les journalistes.

Je vous le dis, je n’avais jamais vu ça! Le supplice de la goutte de Boudreau est enfin terminé.

Le country club de la LNH, lui, ne l’est pas. Après John Tortorella, Paul Maurice, Peter DeBoer et qui d’autre, un autre ancien coach obtient une nouvelle chance, même s’il n’a jamais rien cassé. Rick Tocchet a participé aux séries une seule fois en six saisons comme entraîneur-chef du Lightning et des Coyotes.

Tocchet était le meilleur candidat disponible? Vraiment? Come on.

PARTAGER :

Facebook
Twitter

AUTRES ARTICLES

Tout savoir sur Arber Xhekaj

Le défenseur du Canadien de Montréal, Arber Xhekaj, est en train de s’établir, si ce n’est pas déjà fait, comme l’un des favoris des partisans