© Jayne Kamin-Oncea-USA TODAY Sports

Huberdeau : entre satisfaction et déception

PARTAGER

La Coupe Stanley peut parfois être cruelle. Certaines légendes de la LNH ont poursuivi toute leur carrière le rêve de voir leur nom gravé dessus, sans succès, laissant un goût amer de devoir inaccompli. Après 10 saisons avec les Panthers, Jonathan Huberdeau est retourné dans son pays natal en rejoignant les Flames de Calgary en échange de Matthew Tkachuk juste avant l’entame de la campagne 2022-2023. La suite est connue : Calgary n’a plus fait partie de la valse printanière tandis que la Floride a atteint deux fois la finale de la Coupe Stanley, décrochant le titre en juin 2024.

Je ne dis pas que Huberdeau est une légende de la LNH, ce n’est pas à moi d’en juger, mais il est l’un des très bons ayant évolué sur les patinoires du circuit Bettman. Dans l’histoire des Panthers, il pointe au deuxième rang au niveau des points, des aides et des buts en plus d’avoir fait figure de mentor pour les jeunes de l’organisation. Bien qu’il ait marqué l’équipe tout au long de son passage en Floride, il n’a malheureusement pas réussi à mettre la main sur la Coupe Stanley.

À l’occasion de son tournoi de golf lundi, il s’est entretenu avec Guillaume Lefrançois de La Presse et le journaliste a effleuré le sujet des Cats et des dernières séries avec l’ailier gauche québécois. Le natif de Saint-Jérôme a d’abord tenu à exprimer sa joie pour les joueurs de son ancien club.

« Je suis content pour les gars, ils ont travaillé fort. » – Jonathan Huberdeau

Par contre, il est déçu de ne pas avoir fait partie du groupe lorsqu’il a réussi à accomplir le rêve ultime de tout hockeyeur : remporter la Coupe Stanley.

« C’est dur de voir les gars soulever la coupe. Tu te dis : j’étais là pendant 10 ans, pendant des moments plus difficiles. Mais c’est comme ça que tu bâtis une équipe. Quand tu es jeune, tu t’en fous, tu veux juste bâtir ta carrière. Maintenant, je suis de retour dans cette situation, mais un peu plus vieux. » – Jonathan Huberdeau

Peut-être que s’il était demeuré en Floride, le dénouement heureux des Panthers n’aurait pas eu lieu, mais cela reste une hypothèse impossible à vérifier. Huberdeau et Tkachuk présentent des profils très différents et plusieurs observateurs estiment que l’intensité et la hargne de l’Américain étaient les éléments qui manquaient à la troupe basée à Sunrise pour aller jusqu’au bout.

Actuellement en phase de reconstruction, les espoirs de Huberdeau de voir son équipe atteindre la Coupe Stanley ou encore les éliminatoires sont minces. Il pourrait ne jamais avoir l’occasion de concourir pour ce prestigieux trophée avant la fin de sa carrière. Même s’il achevait son parcours dans la LNH sans l’avoir remporté, il resterait néanmoins l’un des acteurs ayant contribué à la conquête de 2024, bien qu’il ne faisait pas partie du club, ayant préparé le terrain pour rendre cet exploit possible.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

AUTRES

NOUVELLES