© David Kirouac-USA TODAY Sports

Juraj Slafkovsky a une clause attachée à son contrat

PARTAGER

Le 1er juillet dernier, Kent Hughes et les Canadiens de Montréal n’ont pas été des plus actifs sur le marché de l’autonomie. Toutefois, Hughes est parvenu à traverser la balle de l’autre côté de la clôture en octroyant un pacte de huit ans et 60,8 millions de dollars à Juraj Slafkovsky.

Même s’il a éclot l’an dernier en présentant une fiche de 20 buts et 50 points en 82 rencontres, tous les spécialistes et les amateurs sont ravis de cet accord, qui permettra à Slaf d’empocher une moyenne annuelle de 7,6 millions de dollars. Cette entente deviendra certes une aubaine d’ici quelques mois, voire quelques années.

Cela dit, il y a un détail important d’attaché au contrat de Slaf, qui n’a pas été divulgué lors de l’annonce de celui-ci. Ce contrat possède une clause de non-échange de 10 équipes à partir de la saison 2029-30 et celle-ci demeure valide jusqu’à la fin du contrat en 2033.

À noter que le capitaine Nick Suzuki possède exactement cette même clause, soit soumettre une liste de 10 équipes où il ne désire pas évoluer, pour les quatre dernières années de son pacte.

Pour ce qui est de Caufield, la clause est légèrement différente: lors de la saison 2028-29, il peut soumettre 15 équipes, la suivante dix et la dernière année de son pacte, cinq.

Tout compte fait, le noyau est bien en selle pour les prochaines années et chacun d’eux détient un contrat juste, qui ne nuira pas aux Canadiens de Montréal dans le moyen et le long terme.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

AUTRES

NOUVELLES