Dmitry Orlov et Alex Killorn ont respectivement quitté les Bruins et le Lightning (Bob DeChiara-USA TODAY Sports)

La fin de deux puissances?

PARTAGER

La division du Canadien, l’Atlantique, est probablement la plus difficile à prédire en vue de la prochaine saison, avec un mélange d’équipes en régression et en progression.

En régression: possiblement les Bruins de Boston et le Lightning de Tampa Bay, qui ont perdu des morceaux importants cet été.

En progression: assurément les Sabres de Buffalo, les Sénateurs d’ottawa et les Red Wings et, peut-être, le Canadien de Montréal.

De leur côté, les Maple Leafs de Toronto et les Panthers de la Floride devraient maintenir le cap et faire partie des séries éliminatoires.

Revenons aux Bruins et au Lightning. Il y a vraiment lieu de se demander si on n’assistera pas à la fin de ces deux puissances.

Plusieurs départs à Boston

Après une saison record de 65 victoires et 135 points (!), les Bruins ont perdu Patrice Bergeron et David Krejci à la retraite, tandis que Taylor Hall, Nick Foligno, Tomas Nosek et Connor Clifton évolueront tous sous d’autres cieux.

Acquis à la date limite des transactions pour les aider à remporter la coupe Stanley – ce qui n’est pas arrivé -, Dmitry Orlov, Tyler Bertuzzi et Garnet Hathaway sont également partis.

Arrivent à Boston James van Riemsdyk, Milan Lucic, Morgan Geekie, Kevin Shattenkirk, Jesper Boqvist, Patrick Brown et Ian Mitchell. Du lot, seul JVR est destiné à jouer un rôle Top 6 offensif ou Top 4 défensif.

Ça laisse les Bruins avec un excellent duo de gardiens, une très bonne brigade défensive, mais une attaque pour le moins suspecte, malgré la présence de Brad Marchand et David Pastrnak.

Les Bruins cherchent des solutions offensivement, voilà pourquoi il ne faudrait pas se surprendre de voir la recrue Matthew Poitras débuter la saison à Boston.

Depuis 2008, les Bruins ont raté les séries seulement deux fois et jamais depuis 2016. En cours de route, ils ont gagné la coupe en 2011 et joué en finale en 2013 et 2019.

La perte de Vasilveskiy fait mal

Retourneront-ils en séries cette année? Et le Lightning, lui?

Champion de la coupe Stanley en 2020 et 2021 et finaliste en 2015 et 2022, en plus d’avoir participé à la finale de l’Est en 2016 et 2018, le Lightning n’a pas raté les séries depuis 2017.

L’absence d’Andrei Vasilevskiy, jusqu’à la fin novembre, lui fait mal et pas à peu près. Jonas Johansson et Hugo Alnefelt seront-ils capables de faire le boulot devant le filet?

La perte de Vasilevskiy s’ajoute aux départs durant l’été de beaucoup de leadership et/ou d’énergie en Alex Killorn, Corey Perry, Patrick Maroon, Pierre-Édouard Bellemare, Ross Colton et Ian Cole.

Pas certain que Conor Sheary, Luke Glendening, Tyler Motte et Calvin de Haan pourront les remplacer adéquatement.

Le Lightning a donc moins de profondeur qu’avant, autant en attaque qu’en défense. En plus, il y a la situation contractuelle de Steven Stamkos qui pourrait rapidement devenir une distraction, lui qui s’est dit « déçu de ne pas avoir été contacté pour une prolongation de contrat cet été ».

Trois clubs en progression

Les Bruins et le Lightning, sur papier, sont moins bons que l’an dernier, tandis que les Sabres, les Sénateurs et les Red Wings, notamment, ont l’air meilleurs.

Cela pourrait se traduire par moins de victoires et de points pour Boston et Tampa, et par une exclusion des séries pour la première fois depuis respectivement 2016 et 2017.

Assistera-t-on à la fin de ces puissances?

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

AUTRES

NOUVELLES