Crédit photo : Timothy T. Ludwig-USA TODAY Sports

La grande maturité de Juraj Slafkovsky

PARTAGER

Juraj Slafkovsky est réellement en train de devenir l’acteur principal chez les Canadiens de Montréal, lui qui ne cesse de faire parler de lui sur toutes les plateformes.

L’une des dernières choses qui m’ont marqué à son sujet provient d’un texte de J-F Chaumont (LNH.com), à travers duquel on apprend que Slaf est allé chez lui, en Slovaquie, pendant la pause. Il n’est pas allé en Floride, ou festoyer avec des amis, non, il est allé se nourrir de la bonne bouffe de maman.

«Pour le long congé, j’ai choisi de me ressourcer en Slovaquie. Oui, c’est loin. Oui, j’ai passé bien du temps dans un avion, mais je voulais revoir mon monde. […]. J’ai eu la chance de dormir cinq nuits chez moi, à Kosice. Cinq nuits chez moi, c’est aussi bien des repas concoctés par ma maman. Je réussis assez bien à me faire à manger, mais il n’y a rien qui bat un souper préparé par ma mère. Je m’ennuyais de cela.», a indiqué Slaflovsky à l’intérieur du texte de Chaumont

Évidemment, il a passé du bon temps avec ses amis d’enfance, sans faire d’excès pour autant, puisque les activités s’arrêtaient à observer un match de hockey à Kosice (sa ville natale).

Un autre passage de cet excellent blogue de Slaf demeure celui-ci :

«Je suis juste heureux. J’ai du plaisir. Et je veux devenir la meilleure version possible de moi-même. Je n’arrive même pas à comparer ma deuxième saison à ma saison recrue. L’an dernier, j’étais parfois perdu sur la patinoire. Cette année, j’ai un impact et j’aide mon équipe. J’ai l’impression que le jeu ralentit. C’est une bonne chose.»

Quelle maturité incroyable de ce jeune homme, qui est en train de s’imposer comme le meilleur élément de la cuvée 2022, malgré les critiques en raison de sa première campagne. Le kid n’a que 19 ans et il n’avait que 18 ans lors de sa première saison dans le show. Imaginez. Il débarque en Amérique à 18 ans, dans un autre pays, loin des siens… ça donne tout un coup, ça!

Jusqu’ici, Slaf présente une carte de pointage de 22 points, dont neuf buts, en 50 rencontres. N’oubliez pas que le test de l’œil est plus important que se baser sur les points afin de juger un joueur!

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

AUTRES

NOUVELLES