Sergei Bobrovsky (David Kirouac-USA TODAY Sports)

L’avantage numérique du CH encore discret

PARTAGER

Les Panthers n’ont visiblement pas eu le mémo que le Canadien est revenu aux petites heures du matin d’un long voyage de dix jours, car ils ne sont pas sortis affamés, en première période.

Résultat: c’est toujours l’impasse 0-0 après 20 minutes de jeu. Dominés 70,6% à 29,4% au cercle des mises au jeu, les Panthers ont pourchassé la rondelle pas mal plus que le CH, mais ont tout de même eu le dessus 10-8 dans les tirs.

Et pour une rare fois cette saison, le Canadien a commis moins de revirements que son adversaire en première période (deux contre sept).

L’histoire du premier vingt se résume toutefois à l’incapacité du Canadien de profiter de deux pénalités à Niko Mikkola, dans la première moitié de l’engagement.

Puis, à la fin de celui-ci, Josh Anderson s’est échappé et a été trébuché par Gustav Forsling. Plutôt que de décerner un tir de pénalité, on a envoyé Forsling au cachot et 24 secondes après qu’il y ait pris place, Mike Matheson a été pénalisé pour obstruction pour arrêter ce troisième avantage numérique des Montréalais.

En raison de ces jeux de puissance, Alex Newhook, Cole Caufield, Nick Suzuki, Justin Barron et Matheson ont tous joué plus de sept minutes. Mais à eux cinq, ils n’ont décoché que trois tirs, soit autant que Sean Monahan à lui seul.

Kaiden Guhle a été le défenseur le plus utilisé par Martin St-Louis, avec un temps de jeu de 7 m 52 s.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

AUTRES

NOUVELLES