(crédit photo: Sergei Belski)

Le câlin de la mort

PARTAGER

Je n’ai jamais trop compris et je ne comprendrai jamais pourquoi Darryl Sutter m’a surpris par-derrière pour me faire ce câlin…

C’était à la fin de la saison 2002-03. J’avais eu une saison « correct » et lors de mon meeting avec Darryl Sutter (coach et DG), ça se passe plutôt rapidement. Il me dit qu’il est content et qu’il va s’attendre à beaucoup de ma part pour la prochaine saison parce que je risque d’avoir une place plus importante dans l’équipe.

Ça dure deux minutes et il me serre la main. Je me lève et je me retourne pour prendre la porte quand je sens Darryl venir me prendre par-derrière pour me faire une accolade. Je ne peux pas vous dire à quel point j’étais mal à l’aise. Il m’a dit « keep going » avant de me laisser partir.

Je suis sorti de là complètement abasourdi dans un mélange de malaise et de surprise. Je n’avais aucune idée de ce qui venait de se passer et je me souviens que je me disais : « Cr!!$$ il vient de me donner un câlin!!! ».

Finalement, quelques mois plus tard, je reçois un appel de Sutter. Il se confond en excuses en me disant que je suis échangé et je dois le couper parce que la seule chose qui m’intéresse c’est de savoir où je vais. Il me dit Buffalo en continuant de s’excuser parce qu’il se dit que c’est un peu comme une punition de m’envoyer là-bas. Mais moi je fais juste lui dire un beau « THANK YOU » avec mon accent québécois et je raccroche.

J’étais super content de m’en aller à Buffalo. J’allais rejoindre mon bon chum Jean-Pierre Dumont. J’étais allé à son mariage pendant l’été et j’avais rencontré plein de monde comme Daniel Brière et Martin Biron. Finalement, j’ai été placé sur les waivers pendant le camp et les Canadiens m’ont réclamé, mais c’était quand même un beau moment.

Mais je vous avoue que ce câlin me trottait encore dans la tête! En voulez-vous une bonne? Denis Gauthier a aussi eu droit au câlin de la mort de Darryl avant d’être échangé par la suite! HAHAHA!

Mange de la poutine SVP

L’année d’avant aussi j’en avais eu une pas pire. Après mon meeting avec Darryl, je rencontre l’entraîneur et il me dit de prendre du poids… en mangeant de la poutine, des hamburgers et de la scrap comme ça. Le gars était sérieux c’est ça le pire!!

Juste pour dire que les façons de faire ont bien évolué depuis le temps, mais surtout, que la journée du bilan est généralement assez relax. Oui, il y a la déception d’être éliminé, mais c’est comme un nouveau départ et toute la pression de la saison vient de tomber. Les rencontres sont généralement courtes et l’équipe nous parle de ses attentes en vue de la prochaine saison. À Boston, Claude Julien demandait à ses vétérans leur opinion sur un tas de sujets comme les jeunes de l’organisation.

Mais sinon, on part avec tout ça, en vacances, mais presque instantanément en mode « je vais tout faire pour être meilleur l’an prochain ».

Et des fois, il y a… des câlins!

Cet article a été rédigé en collaboration avec Marc-André Perreault

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

AUTRES

NOUVELLES