Cayden Primeau (nhl.com/canadiens)

Le Rocket, lui, vise le « mot en p »

PARTAGER

BROSSARD — Contrairement aux dirigeants du Canadien, l’entraîneur-chef du Rocket de Laval, Jean-François Houle, n’a pas hésité à prononcer le « mot en p »pour cibler l’objectif de sa troupe cette saison.

« Oui, on veut faire les séries. C’est une belle expérience pour les jeunes », a-t-il dit en riant ce matin à Brossard, après qu’on lui ait demandé s’il allait oser dire le « mot en p » (playoffs en anglais).

Évidemment, il est présentement très difficile de prédire de quoi va avoir l’air la formation du Rocket lors de son match d’ouverture, dans un mois. Tout va dépendre de qui perce l’effectif du Canadien.

Mais une chose est sûre: le Rocket va être jeune, très jeune même.

Les recrues Filip Mesar, Sean Farrell, Joshua Roy et Riley Kidney risquent toutes de débuter la saison à Laval. Même chose en défense pour Logan Mailloux et Jayden Struble, notamment. Les six ont entre 19 et 22 ans.

Owen Beck? Il a 19 ans et a été repêché en tant que joueur de la Ligue de l’Ontario, donc, pour lui, ce sera la LNH ou encore la OHL cette année.

« On va avoir une bonne équipe, estime Houle. Oui, on va être jeune et la progression va être très importante. On y va au jour le jour dans la Ligue américaine, car il y a tellement d’impondérables, avec les gars qui peuvent se faire rappeler. On veut développer dans un environnement gagnant. »

Une bonne douzaine de joueurs repêchés depuis 2019 pourrait débuter la saison avec le Rocket, ce qui excite au plus haut point le pilote.

« C’est super intéressant pour l’organisation. C’est le fun d’avoir du changement à Laval. On le sait qu’on va être jeune, mais on va aussi avoir de bons vétérans. On va prôner la discipline et on va essayer de bien développer nos jeunes pour que lorsqu’ils sont rappelés à Montréal, ils sont prêts. »

L’importance de gagner à Laval

Lundi, Geoff Molson, Jeff Gorton, Kent Hughes et Martin St-Louis ont répété maintes et maintes fois que le mot clé cette saison à Montréal est « croissance ». Ou « progression », si vous préférez cette traduction pour le mot growth.

Jean-François Houle avoue que le même mot clé sera utilisé à Laval, mais il apporte une nuance.

« Apprendre à gagner, c’est très important. Nous, à Laval, on veut développer les joueurs. Ça fait partie de nos devoirs, mais on veut aussi gagner. »

La situation des gardiens

Reste maintenant à voir avec quels gardiens Houle et le Rocket tenteront de gagner.

Jakub Dobes, 22 ans et repêché au cinquième tour en 2020, est à toutes fins pratiques assuré de commencer la saison à Laval.

Samuel Montembeault, Jake Allen, Casey DeSmith et Cayden Primeau se feront la lutte pour les deux postes disponibles à Montréal.

L’un d’eux pourrait être échangé. L’un d’eux pourrait aussi prendre la direction de Laval, après être passé au ballotage. « On va voir comment ça se passe au camp », note Houle, qui est bien au courant que le Canadien a repêché trois gardiens en juin dernier.

Un désaveu envers Cayden Primeau, 24 ans, autrefois considéré comme le gardien de futur de l’organisation?

« Ça fait partie du hockey et ça fait partie de n’importe quelle business. Les jeunes poussent et créent de la compétition interne, dit le coach de 48 ans. C’est sain. J’ai vu Cayden. Il a l’air en grande forme. Je lui ai parlé et il est dans un bon état d’esprit pour connaître un bon camp. Il doit faire de son mieux et, ensuite, l’état-major prendra ses décisions. »

« On a 30 jours pour décider [nos gardiens] », a dit Martin St-Louis, lundi. Ces 30 jours pourraient être décisifs pour l’avenir de Primeau.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

AUTRES

NOUVELLES