© Jim Rassol-USA TODAY Sports

Leon Draisaitl a démontré toute sa classe

PARTAGER

Lors du dernier encan amateur qui s’est déroulé pas plus tard que la semaine dernière, les Oilers d’Edmonton ont sélectionné Sam O’Reilly au 32e rang. Pour récupérer cette pièce, les Oilers ont transigé un choix de premier tour en 2025 en retour de ce jeton numéro 32.

À noter qu’à la suite de cet évènement grandiose pour O’Reilly, le grand Leon Draisaitl lui a fait parvenir un message texte afin de lui souhaiter la bienvenue au sein de l’organisation. C’est un geste qui peut paraître anodin, mais, à mes yeux, ça dénote un leadership naturel chez un être humain.

La concession basée en Alberta devra trouver une solution afin de conserver les services de la deuxième tête de son monstre puisqu’il demeure une pièce capitale pour le noyau albertain.

La direction des Oilers, sans Ken Holland, avait en haute estime l’attaquant des Knights de London, qui a récolté un total de 56 points en 68 rencontres, pour répliquer avec 12 points en 16 joutes éliminatoires.

À travers plusieurs repêchages simulés et certaines listes de sites chevronnés qui sont axés sur les espoirs de demain, O’Reilly se classait entre les rangs 40 et 70. Très peu le rangeaient en fin de première ronde. Néanmoins, un recruteur des Oilers a discerné quelque chose de spécial en lui.

Pour connaître davantage Sam O’Reilly, voici une description de celui-ci tirée du guide des espoirs édifié par TSLH. Vous pouvez d’ailleurs consulter le guide à partir d’ICI.

Ça m’a pris un podcast avec Simon Servant pour découvrir Sam O’Reilly, qui jouait pourtant avec Sam Dickinson. Ce jeune ne m’avait pas épaté au point qu’il me tombe dans l’œil sans avertissement ! Cela dit, lorsque j’ai plus porté attention à son jeu chez les Knights de London, j’ai trouvé que Sam O’Reilly a vraiment un style très professionnel. En séries, il jouait sur la première unité des Knights. Il fonçait régulièrement au filet et possède une accélération suffisante pour s’éclipser de son couvreur et pour courser vers l’avant pour la rondelle. Un joueur assez rugueux qui se salit le nez au travail. En plus d’avoir un bon tir, il possède une belle vision de jeu pour suivre les talents offensifs de son équipe. On peut facilement le projeter comme un excellent complément pour un trio offensif au prochain niveau en plus qu’à 6’1, 176 livres, il peut encore prendre de la masse et de la puissance pour maintenir son style de jeu. Un très gros travaillant qui se sacrifie pour le bien de la progression du jeu. – Mathieu Paradis (TSLH)

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

AUTRES

NOUVELLES