(crédit photo: Sergei Belski-USA TODAY Sports)

Les lunettes de Martin

PARTAGER

Martin St-Louis a raison. Le CH a joué un mauvais match contre les Coyotes malgré la victoire.

C’est une analyse correcte parce qu’effectivement les Canadiens ont souvent été déclassés pendant la rencontre et sans Samuel Montembeault, ce n’était même pas proche.

Ça fait du bien de voir que le coach (que j’adore en passant) a enlevé ses lunettes roses. J’avoue avoir été un peu choqué par sa déclaration voulant que pendant la séquence de défaites qui a précédé la victoire de mardi, l’équipe traversait sa meilleure séquence de « jeu collectif »… écoute moé ben là

Je comprends que la job d’un coach c’est souvent d’endormir tout le monde pour enlever de la pression sur ses joueurs mais là, je trouve que c’était un peu exagéré.

Le fameux tanking

Je répète, j’ai un respect immense pour Martin St Louis, je pense qu’il est l’homme de la situation (même chose pour Kent Hugues et Jeff Gorton).

Comme ancien coach, je suis persuadé que ça le rend fou d’entendre des gens souhaiter une accumulation de défaites pour améliorer les chances d’avoir un bon choix au repêchage. Je suis convaincu que ça rend aussi ses joueurs complètement fous. Pour moi, c’est un manque de respect à toute l’organisation de penser comme ça. C’est triste et inacceptable d’entendre des affaires de même à Montréal.

Je comprends l’excitation pour les fans de penser au repêchage et je comprends qu’il faut se rabattre sur quelque chose quand les victoires ne viennent pas. Mais croyez-moi, TU NE TOUCHES PAS À LA FIERTÉ DE CES GARS-LÀ!!

Inquiet pour Tourigny

J’avoue que je commence à être drôlement inquiet pour André Tourigny. 13 défaites de suite, tu as beau être bien en selle et que les attentes soient basses, c’est quand même beaucoup.  

Heureusement, on ne peut pas dire que c’est tout croche dans cette équipe-là (les Coyotes méritaient de gagner mardi) et l’effort y était. Pauvre André, il n’a juste pas les bons chevaux pour gagner.

Cela dit, tu dois trouver une façon parce que dans le hockey, il y a toujours un coupable et c’est presque toujours l’entraîneur.

Imputabilité

Parlant de ces deux équipes, c’est évident que la reconstruction des Canadiens est en avance sur celle des Coyotes. Ce qui risque de faire la différence maintenant, c’est l’imputabilité.

Présentement, je trouve que ça fait un peu défaut chez les Canadiens. Trop de joueurs prennent de mauvaises punitions, donnent un effort inconstant ou jouent tout simplement mal, sans conséquences.

Il y a deux semaines, les Prédateurs de Nashville se sont fait planter 9-2 contre Dallas. Ils ont gagné le match suivant à St Louis samedi après-midi, mais la défaite contre les Stars a tellement mal passé que le coach a décidé de revenir à la maison plutôt que d’aller directement à Las Vegas en vue du match du mardi. Les joueurs ne méritaient pas d’aller se la couler douce à Vegas pour une journée de congé et tout le monde était d’accord. Depuis, les Prédateurs ont gagné cinq matchs de suite.

C’est ça de l’imputabilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

AUTRES

NOUVELLES