Logan Mailloux (NHL.com)

Mailloux: vivre chez Paul Byron et (ré)apprendre le français

PARTAGER

BROSSARD – Logan Mailloux fait partie de cette vague de joueurs qui sont arrivés tôt pour s’entraîner à Brossard, afin d’être fin prêts pour le début du camp d’entraînement.

Mailloux est à Montréal depuis un mois, nous a-t-il dit ce matin, et, surprise, il est allé vivre chez un (ancien) vétéran de l’équipe.

« J’ai eu la chance de pouvoir habiter chez Pauly [Byron] et sa famille, précise-t-il. Ils m’ont ouvert leurs portes, ils sont super. J’ai pu apprendre d’un gars qui a joué plus de 600 matchs dans la LNH [NDLR: 521]. C’était vraiment bien de lui parler et d’apprendre de lui. »

Travailler chaque jour

Contrairement à Mailloux, Byron n’a pas été un choix de première ronde dans la LNH. Plutôt un de sixième tour, en 2007, par les Sabres de Buffalo.

Et contrairement à Mailloux, Byron ne cognait pas à la porte de la LNH à seulement 20 ans. En fait, il avait 25 ans (!) quand il a disputé sa première saison complète dans le circuit Bettman, avec les Flames de Calgary, en 2014-2015.

« Quand tu regardes sa carrière, il a été longtemps dans les mineures et a dû travailler pour monter, souligne Mailloux. Il m’a dit de travailler, à chaque jour, pour être encore là le lendemain. C’est une business dangereuse. Si tu ne joues pas bien une journée, tu pourrais te retrouver ailleurs le jour suivant. Tu dois donc travailler à chaque jour. »

En français jusqu’en huitième année

Parlant de travailler, Mailloux travaille présentement très fort pour « retrouver » son français, afin d’être encore plus confortable dans un environnement comme Montréal.

« Je suis allé à l’école en français jusqu’à la huitième année, précise-t-il. Je parlais quand même bien. Mais à partir de l’école secondaire, c’était en anglais. J’essaie de le réapprendre depuis que j’ai été repêché ici. »

Mailloux n’est pas le seul joueur du Canadien dans cette situation. Justin Barron et Johnathan Kovacevic ont également suivi des cours de français, plus jeunes, et tentent présentement de réapprivoiser la Langue de Molière.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

AUTRES

NOUVELLES