Crédit photo : Eric Bolte-USA TODAY Sports

Nick Suzuki a besoin de son Manny Malhotra

PARTAGER

Plusieurs rumeurs envoient Sean Monahan dans la Grosse Pomme, avec les Rangers, et ces spéculations en froissent plus d’un, dont mon collègue Maxim Lapierre. Lappy souhaite de tout cœur que Monny demeure au sein du club, tout comme moi, mais au final, c’est lui qui détient sa destinée entre les mains.

Cela dit, nous ne sommes pas les seuls à souhaiter que le jeune vétéran de 29 ans soit toujours un membre du Tricolore après le 8 mars, Nick Suzuki est certes de cet avis également.

Andrew Zadarnowski a d’ailleurs cité Max Pacioretty en exemple, alors que celui-ci a perdu son allié principal lorsqu’il est devenu capitaine des Canadiens de Montréal à 26 ans. Ce complice : Manny Malhotra, qui a quitté l’organisation à la suite de la saison 2014-15.

Après son départ, Patch a perdu son mentor et certains repères, l’empêchant de bien progresser comme capitaine du navire.

Paciorrety a d’ailleurs déjà indiqué que le départ de Malhotra lui a fait très mal :

«Max Pacioretty a déclaré un jour qu’en tant que jeune capitaine, il avait connu des difficultés au cours de la saison 2015-16 après le départ de Manny Malhotra lors de l’intersaison précédente, laissant une jeune équipe se débattre tout au long de la saison avec une lacune dans le leadership.»

Le leadership dans un vestiaire, c’est capital. Si une équipe souhaite aspirer à quelque chose, le noyau de leaders doit être dominant, comme lors de l’épopée vers la finale en 2021. À ce moment, Shea Weber, Carey Price et Corey Perry assuraient le leadership.

Mais, au final, je m’excuse de tourner le couteau dans la plaie, mais le désir de Monahan, lors de la signature de son contrat, était de quitter à la date limite si le club ne faisait pas les séries…

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

AUTRES

NOUVELLES