(crédit photo: The Hockey News)

Parekh: «Je crois être un défenseur d’un point par match dans la LNH»

PARTAGER

S’il y a bien un espoir intriguant en vue du prochain repêchage de la Ligue nationale de hockey (LNH), il s’agit certainement du défenseur Zayne Parekh. Avec une impressionnante récolte de 96 points dont 33 buts en 66 matchs dans la Ligue de Hockey de l’Ontario cette saison (OHL), il sera difficile pour une formation à la recherche d’offensive de lever le nez sur lui.

Projeté pour entendre son nom au début de la première ronde, Zayne Parekh est un espoir polarisant. Certains recruteurs le voient aussi haut que le cinquième rang au total, alors que d’autres le placent à mi-chemin du premier tour.

En entrevue au Combine avec le journaliste de TVA Sports, Anthony Martineau, le natif de Nobleton en Ontario s’est montré extrêmement confiant en ses qualités offensives. Le jeune homme de 6 pieds et 178 livres n’y est pas allé par quatre chemins; il croit « pertinemment pouvoir être un arrière d’un point par match dans la LNH. »

Cette saison dans la LNH, seulement quatre défenseurs ont réussi l’exploit: Quinn Hughes (92), Cale Makar (90), Roman Josi (85) et Evan Bouchard (82).

Parekh a d’excellentes mains et une excellente prise de décision. Son coup de patin est très impressionnant; le jeune défenseur semble voler sur la glace. Nul doute, l’Ontarien possède les atouts pour atteindre un tel niveau offensif dans la LNH.

Avec de telles statistiques au niveau junior, Parekh ne devrait-il pas se retrouver de manière unanime au sein du top 5? Ses aptitudes offensives pointent dans cette direction, mais ses carences défensives disent le contraire.

Questionné à ce sujet par Anthony Martineau, le récent champion de la Coupe Memorial ne s’est pas défilé et s’est dit conscient que son jeu défensif est à améliorer. Il a d’ailleurs mentionné qu’une année supplémentaire dans la OHL lui serait bénéfique pour parfaire son jeu.

Comme les soupers entre les espoirs et l’état-major du CH sont les sujets de l’heure, voilà la réponse du défenseur à ce sujet: non, il n’a pas eu de souper avec Kent Hughes et sa bande.

Selon Anthony Martineau, les deux clans ont eu des « contacts de base » tout au long de la dernière campagne.

Pour en voir davantage du jeu de Zayne Parekh :

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

AUTRES

NOUVELLES