Bowen Byram (Sportsnet)

Quelles équipes ont le plus de contrats à « donner »?

PARTAGER

Dans la Ligue nationale, les équipes ont droit à un maximum de 50 contrats, qu’ils soient à un volet (LNH) ou à deux volets (LNH-Ligue américaine).

Pendant que les Blue Jackets de Columbus dominent la ligue avec déjà 40 contrats d’octroyés en vue de 2023-2024, six formations n’en ont pas encore 30.

27: Colorado

28: Detroit, New Jersey et Boston

29: Arizona et Caroline

L’Avalanche est coincée…

L’Avalanche a beau avoir seulement 27 ententes de promises en vue de la prochaine saison, ne vous attendez pas à trop de coups d’éclats là-bas, alors que le salaire de 12,6 M$ de Nathan MacKinnon entrera en vigueur.

La priorité du directeur général Chris MacFarland sera de signer le jeune défenseur Bowen Byram, joueur autonome avec compensation, tout comme Alex Newhook et Denis Malgin.

À 22 ans, Byram est déjà bien installé dans le Top 4. Seul hic, il n’a disputé que 42 matchs cette saison et 30 l’an dernier. Sa fragilité pourrait inciter MacFarland à lui consentir un contrat passerelle.

Six attaquants sous contrat!

Sinon, J.T. Compher, Lars Eller, Evan Rodrigues, Matt Nieto, Darren Helm, Andrew Cogliano, Erik Johnson et Jack Johnson seront tous joueurs autonomes sans compensation le 1er juillet.

Déjà « mince » au centre, l’Avalanche peut-elle se permettre de perdre Compher, son couteau suisse offensif? Pas vraiment. D’un autre côté, à 28 ans et après un record personnel de 52 points, Compher va être gourmand, lui qui touchait 3,5 M$ cette saison.

À l’heure où l’on se parle, l’Avalanche a seulement six attaquants de la LNH sous contrat, soit MacKinnon, Mikko Rantanen, Valeri Nichushkin, Artturi Lehkonen, Logan O’Connor et Fredrik Olofsson, acquis hier des Stars. Six!

Ça exclut évidemment Gabriel Landeskog, qui devrait à nouveau passer la prochaine saison sur la liste des blessés en raison d’une blessure à un genou.

Moins de 20 M$ de disponibles

Selon capfriendly.com, l’Avalanche a près de 20 M$ de marge de manoeuvre pour signer, au minimum, six attaquants et deux défenseurs.

Ça sent le festival des vétérans peu dispendieux et des recrues dans le bottom six et comme septième et huitièmes défenseurs…

À moins que MacFarland ne se libère d’un gros contrat. Par exemple, les 5 M$ de Samuel Girard…

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

AUTRES

NOUVELLES