Jakob Pelletier (crédit photo : flamesnation.ca)

Saga Sutter-Pelletier : une transaction en vue?

L’attaquant des Flames de Calgary, Jakob Pelletier, s’est retrouvé au coeur d’une controverse, samedi, et ce, bien malgré lui. Le hockeyeur, qui disputait son premier match dans la Ligue nationale de hockey (LNH), a vu son entraîneur-chef Darryl Sutter tenir des propos mesquins à son endroit en point de presse, après le match.

Pour rappeler les faits, un journaliste a demandé à Sutter de donner ses impressions sur le premier match dans la LNH du Québécois Jakob Pelletier, contre Tampa Bay. L’entraîneur-chef des Flames a répondu en demandant quel numéro il avait. Sutter a mis ses lunettes et a lu la ligne de statistiques de son attaquant sur la feuille de match. Un grand manque de respect, de classe et de leadership de Sutter.

Puis, un second journaliste lui a demandé d’élaborer au sujet de l’attaquant natif de Québec. « C’est son premier match. Il a encore beaucoup de chemin à parcourir », a répondu l’entraîneur-chef, qui en est à sa troisième saison à la barre de l’équipe Albertine.

Sutter a-t-il mis des bâtons dans les roues de son DG?

Rappelé par les Flames le 7 janvier dernier, l’ailier gauche a dû regarder six matchs de la galerie de presse avant de disputer un premier match en carrière avec le grand club.

La longue attente de Pelletier ainsi que les commentaires inappropriés de Sutter à l’égard de son jeune laissent croire que l’homme de 64 ans ne le voulait vraiment pas dans sa formation.

La saga Sutter-Pelletier donne l’impression que c’est le directeur général de Calgary, Brad Treviling, qui a forcé le rappel du Québécois dans LNH dans le but de le mettre dans la vitrine.

Âgé de 21 ans, l’ancien des Wildcats de Moncton et des Foreurs de Val d’Or dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ) est un bon espoir des Flames. Il représente sans doute une bonne monnaie d’échange à Treviling, s’il souhaite procéder à une transaction pour améliorer son équipe maintenant.

Le problème, c’est que si le but était de mettre Pelletier dans la vitrine pour faciliter une future transaction, Sutter n’a pas aidé son DG. En agissant de la sorte, Sutter a non seulement manqué de respect envers le Québécois, mais il a aussi, en quelque sorte, fait « diminuer la valeur » de son attaquant. Ou du moins, fait ajouter quelques arguments aux autres DG en défaveur du Québécois.

Imaginez si Treviling demande la lune pour Pelletier. Qui va vouloir d’un joueur que même son propre coach ne connaît pas son numéro? « Pelletier vaut moins que ça. Votre entraîneur a pris deux semaines pour lui faire jouer son premier match. Et après le match, Sutter ne savait même pas qu’il avait joué. Il ne doit pas être si bon que ça », pourra dire n’importe quel directeur général de la LNH à celui des Flames. On s’entend, Sutter le savait très bien. Et Pelletier n’est pas moins bon pour autant. Mais ça parait très mal aux yeux de la planète hockey.

Repêché en première ronde (26e au total) en 2019, Pelletier a récolté 34 points, dont 15 buts, en 31 parties avec les Wranglers de Calgary, le club-école des Flames, avant son tout premier rappel dans la LNH. La saison dernière, à sa première saison professionnelle, il avait totalisé 62 points en 66 parties dans la Ligue américaine.

Bref, il sera intéressant de suivre ce dossier-là dans les prochaines semaines. D’ailleurs, Pelletier a déjà été au coeur de quelques rumeurs de transaction par le passé. L’an dernier, son nom a été lié au Canadien de Montréal à quelques reprises, notamment dans les jours précédents les échanges de Tyler Toffoli et Ben Chiarot.

PARTAGER :

Facebook
Twitter

AUTRES ARTICLES

Tout savoir sur Arber Xhekaj

Le défenseur du Canadien de Montréal, Arber Xhekaj, est en train de s’établir, si ce n’est pas déjà fait, comme l’un des favoris des partisans