Credit: Jim Rassol-USA TODAY Sports

Sergei Bobrovsky est un individu trop humble

PARTAGER

Avec un total de 32 arrêts, Sergei Bobrovsky n’a été rien de moins qu’impérial lors du premier duel contre les Oilers d’Edmonton. Le Bob est conscient de toutes les difficultés auxquelles il a fait face à la suite de la signature d’un pacte monstrueux de 70 millions de dollars sur sept ans en juillet 2019.

Le vétéran cerbère de 35 ans a réussi à redresser la situation à partir du printemps 2023, lui qui a permis aux Panthers de la Floride d’accéder à la finale de la Coupe Stanley contre les Golden Knights de Vegas.

Ce retour au sommet du mont Everest est devenu possible en raison de sa foi. Bobby Bob a toujours cru en ses croyances et celles-ci se sont mises à opérer à un moment très opportun.

«Ce n’est pas un secret que mes débuts ont été difficiles, mais tu apprends dans l’adversité et tu deviens plus fort. Je remercie Dieu de m’être sorti de ces difficultés. Je ne suis rien sans lui et la foi qu’il a en moi!», a-t-il précisé lors d’un entretien avec Félix Séguin.

Comme Patrick Lalime l’a indiqué sur les ondes de TVA Sports au préalable, peu importe ta routine comme gardien, lorsque les choses se passent bien, tu continues ainsi puisque ça fonctionne.

Le numéro 72 s’est également confié au sujet de Bill Zito et Paul Maurice, deux artisans principaux de l’ascension des Panthers depuis deux ans.

«C’est un processus, y aller avec une petite étape à la fois. Bill Zito a accompli un bon travail afin d’assembler les bonnes pièces. Paul Maurice a mis en place une structure. Il fait ressortir le meilleur de chaque joueur, sans égard pour ton égo ou tes points. Les joueurs ont embarqué et c’est l’équipe en premier, peu importe qui nous fait gagner!» – Bobrovsky

Bref, le Bob a offert une entrevue à la hauteur de son étoffe actuelle, lui qui demeure toutefois très humble à travers ses propos.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

AUTRES

NOUVELLES