Credit: Sam Navarro-USA TODAY Sports

Swayman a fait une croix sur l’arbitrage salarial

PARTAGER

Il y a 14 joueurs qui ont décidé, avant la limite d’aujourd’hui, à 17h, d’utiliser leur droit d’aller devant un arbitre pour débattre de leur futur contrat.

Le nom qui était le plus surveillé parmi ceux qui pouvaient se prévaloir de ce droit, c’est Jeremy Swayman. Contrairement à l’an dernier, le nouveau gardien partant des Bruins a décidé de passer son tour.

Pourquoi? Bien qu’il ait eu gain de cause avec un contrat d’une saison, à 3.48 millions $, il ne s’est pas gêné pour dire qu’il a détesté cette expérience.

Ce n’est pas le premier qui raconte que l’arbitrage salarial est difficile. Quand ça se rend devant un arbitre, le joueur se retrouve dans la même salle que son agent et ses patrons, et ces derniers cherchent à sortir tous les arguments possibles pour payer le moins cher possible. Disons que c’est facile de trouver des expériences plus positives sur le plan personnel!

Cela dit, du côté de Boston, les partisans et les journalistes sont un peu étonnés de constater que ce dossier n’est toujours pas réglé par Don Sweeney.

Après tout, il y a quelques semaines, le DG des Oursons a donné un gros vote de confiance au cerbère de 25 ans en échangeant Linus Ullmark aux Sénateurs!

À moins que les Bruins, eux, demandent d’aller devant un arbitre? Ils ont jusqu’à demain pour déposer cette demande et s’ils le font, ça rend Swayman inéligible pour une offre hostile.

Selon Evolving Hockey, qui a en place un modèle pour prédire les contrats à signer des joueurs autonomes, entre autres, Swayman devrait accepter une entente de quatre ans, à 6.253 millions $ de cap hit. Sur huit ans, le site avance que le gardien vaut 6.596 millions $. J’ai bien hâte de voir si ces prédictions seront justes!

Pour information, voici les 14 joueurs qui ont décidé de porter leur cause devant un arbitre. Parmi les noms les plus notables, soulignons Ryan Lindgren, Ukko-Pekka Luukkonen, Martin Necas et Joe Veleno.

Il est important de rappeler qu’il est toujours possible pour ces joueurs de négocier avec leur équipe avant de passer devant un arbitre. À écouter Jeremy Swayman, c’est même hautement recommandé…

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

AUTRES

NOUVELLES