(⁠Crédit photo: Marc DesRosiers & Charles LeClaire)

Tkachuk contre Slaf? Demain matin!

PARTAGER

Je n’en reviens pas… Brady Tkachuk serait disponible!?!?

Ma première réaction a été : mais c’est quoi ces ****** de rumeurs là?!

Si le capitaine des Sénateurs est véritablement sur le marché, c’est sûr que TOUS les autres directeurs généraux vont appeler… et rappeler!

Je serais prêt à payer très cher pour Tkachuk. J’ai écouté pas mal ce qui s’est dit dans les dernières heures à savoir ce que les observateurs d’ici seraient prêt sacrifier dans un échange potentiel. Le nom de Juraj Slafkovsky est revenu à quelques reprises.

Je me suis posé la question. Brady Tkachuk contre Slaf, je le fais?  ABSOLUMENT!!  

En fait, pour avoir la chance de mettre la main sur un joueur de même, je ne pense pas que ce soit un sacrifice. Pour être bien clair, j’adore Slafkovsky. C’est un jeune homme très sympathique, attachant et qui a une superbe attitude. Il joue aussi du bon hockey et en plus de la progression, on voit tout le potentiel d’un jeune attaquant de puissance.

Mais c’est justement ça le mot clé : potentiel. Bien que je pense que Slaf va être un excellent joueur, on est encore en mode découverte avec lui. On ne sait pas encore quel joueur il va devenir alors que Brady Tkachuk, on le sait.

C’est pourquoi je serais prêt à prendre ce risque. Je fais ce trade les yeux fermés!

On parle évidemment de rumeurs et les chances que ça arrive sont très minces. C’est donc plus pour vous dire tout le bien que je pense de Tkachuk. Il n’y en a pas deux comme lui.

C’est aussi rare que de la bouse de pape. Il a absolument tout dans son coffre à outils. Il est jeune à 24 ans, alors si on dit que le CH risque d’être bon dans 3-4 ou 5 ans, l’âge n’est pas un problème.

Attention aux rumeurs

Quand une rumeur comme ça sort et surtout quand ça implique un capitaine, ça se peut que vous entendiez pleins d’histoires au sujet des personnes concernées.

Dites-vous que dans TOUTES les équipes, il y a des accrochages. Dans les équipes perdantes, ça sort dans les médias et ça devient une grosse affaire.

Même si je trouve que souvent les équipes perdantes sont comme des country clubs et qu’il y a des cliques, sachez que de la chicane et des désaccords, ça arrive aussi dans les équipes gagnantes. La différence, c’est que dans leurs cas, on va dire que les joueurs démontrent de la passion et un désir de gagner plus fort que tout.

Quand on a gagné la coupe Calder en 2001 avec les Flames de St John, je me suis pogné solide avec Gaétan Royer. Ça commence sur la glace à grands coups de haches et ça s’est poursuivi dans le vestiaire. Le lendemain, on est revenu à l’aréna et tout était ben correct.

On n’est pas les seuls à s’être pognés cette année-là et finalement, on a gagné. Imaginez si on avait perdu que ces histoires étaient sorties dans les médias…

Je ne suis pas en train de vous dire qu’il y a de la chicane dans le vestiaire des Sénateurs mais que si jamais vous entendez des histoires, gardez ça en tête 😉

Cet article a été rédigé en collaboration avec Marc-André Perreault

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

AUTRES

NOUVELLES