© Jean-Yves Ahern-USA TODAY Sports

Un jour peut-être, mais pas maintenant

PARTAGER

Lorsque la saison du Rocket s’est terminée en avril, une question demeurait dans toutes les têtes : est-ce que Jean-François Houle serait de retour avec l’équipe l’an prochain? 

Le 29 mai dernier, après de longues négociations, le principal intéressé a pu pousser un soupir de soulagement, lui qui a vu son contrat renouvelé pour plusieurs années. Avant cette déclaration, de nombreux observateurs pensaient que son aventure avec le club-école des Canadiens touchait à sa fin. Cependant, lors de l’annonce, John Sedgwick, le directeur général du Rocket de Laval, a exprimé sa grande satisfaction à l’égard du travail accompli par le personnel d’entraîneurs. Tellement, d’ailleurs, que presque tous ont conclu des accords à long terme.

« Jean-François Houle a fait un excellent travail à titre d’entraîneur-chef du Rocket de Laval depuis son embauche en 2021. Son équipe et lui ont démontré leur capacité à concilier les performances de l’équipe et le développement des joueurs, établissant à la fois un environnement compétitif et idéal pour la croissance de nos espoirs » – John Sedgwick

Kelly Buchberger, l’entraîneur adjoint, est le seul qui ne continuera pas l’aventure l’an prochain. Il a accepté un poste pour diriger un club dans la Ligue junior de l’Alberta. 

Avec ce rôle laissé vacant, plusieurs noms ont circulé quant à qui pourrait succéder à l’homme de 57 ans. Paul Byron fait partie des personnes que l’on envisageait potentiellement pour prendre cette fonction au sein de l’organisation. Depuis sa retraite, il s’investit dans le développement des joueurs. 

Interrogé à ce sujet, l’ancien attaquant du Tricolore a déclaré que, pour l’instant, il se sent à sa place comme consultant et qu’il préfère se concentrer sur sa famille plutôt que d’accepter un poste à temps plein en tant que coach professionnel.

« C’est un travail à temps plein, souligne-t-il. Encore plus que lorsqu’on joue. On passe tellement de temps à l’aréna à faire de la vidéo, à préparer les entraînements et les matchs, à voyager… » – Paul Byron

Il n’a pas fermé la porte à l’idée d’assumer un jour la fonction d’entraîneur.

Son implication en tant que consultant en développement auprès des jeunes a initialement nécessité une période d’adaptation. Cependant, avec le temps, il a acquis une certaine aisance, et son travail se reflète désormais dans les performances des joueurs, à l’image d’Owen Beck, élu MVP de la dernière Coupe Memorial.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

AUTRES

NOUVELLES