Justin Barron (David Kirouac-USA TODAY Sports)

Vétéran ou jeune? « La ligne est parfois mince », dit St-Louis

PARTAGER

BROSSARD – L’ajout de Tanner Pearson porte à six le total de joueurs du Canadien âgés d’au moins 30 ans, avec Jake Allen, Chris Wideman, David Savard, Brendan Gallagher et Joel Armia.

Du lot, Allen et Wideman sont les plus vieux, à 33 ans. Savard a 32, tandis que Pearson et Gallagher ont 31 et Armia, 30.

Sept autres joueurs ont entre 26 et 29 ans, soit Johnathan Kovacevic (26), Samuel Montembeault (26), Christian Dvorak (27), Jake Evans (27), Sean Monahan (28), Josh Anderson (29) et Michael Matheson (29).

Le Canadien pourrait donc amorcer la saison avec la moitié de son effectif qui a 25 ans et moins, faisant évidemment de lui l’une des plus jeunes formations de la LNH.

À talent égal, considérant la reconstruction du CH, la logique voudrait que Martin St-Louis préfère le jeune au « vieux », si les deux se battent pour le même poste au camp d’entraînement. Mais le pilote y va d’une réponse nuancée.

« Le plus important, c’est la charge de travail [body of work], dit-il. C’est une fine ligne entre savoir ce que tu obtiens de tel joueur jour après jour, ou encore de tel joueur qui a un plus haut plafond, mais qui manque de constance. La ligne est mince! Il faut jongler avec ça. Je sais qu’on va avoir des décisions difficiles à prendre. Mais c’est un bon problème à avoir. »

La lutte pour les deux dernières places disponibles en attaque s’annonce intéressante, tout comme pour les postes 6-7-8 en défense.

Malgré la blessure de Christian Dvorak qui le tiendra à l’écart jusqu’au mois de novembre, Michael Pezzetta, Joel Armia et Jesse Ylonen amorcent le camp d’entraînement sans aucune assurance.

Chaude lutte en défense

Même chose en défense pour Gustav Lindstrom, Justin Barron, Johnathan Kovacevic et Chris Wideman. Certains osent même avancer les noms de Jordan Harris et Arber Xhekaj (la robustesse de ce dernier lui donne un facteur X).

Bref, défensivement parlant, seuls Michael Matheson, David Savard et Kaiden Guhle peuvent réellement dormir sur leurs deux oreilles.

« Il faut prendre des décisions qui vont aider l’équipe présentement, mais aussi qui ne nuiront pas au futur de l’équipe, mentionne St-Louis. Ce ne sera pas facile. Il faudra tout considérer et prendre des décisions éduquées. »

Ces décisions devront être prises avant le 11 octobre, date du premier match du Canadien, à Toronto.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

AUTRES

NOUVELLES