© Jerome Miron-USA TODAY Sports

Vincent Desharnais explique la raison de son retrait

PARTAGER

Être un bon coéquipier au hockey, c’est plus que le simple fait de passer la rondelle plutôt que de tirer lors d’un deux contre un. C’est aussi être là quand ton organisation a plus besoin de toi hors de la glace que sur la glace.

En tant qu’athlète professionnel, l’instinct de se battre pour la victoire est primal, mais parfois, notre contribution la plus précieuse peut se situer ailleurs. C’est exactement la réalité à laquelle Vincent Desharnais des Oilers d’Edmonton a été confronté récemment. Le Québécois a été exclu de l’alignement pour les matchs quatre, cinq et six face aux Stars de Dallas.

Avant que le jeune Philip Broberg ne prenne sa place dans la formation, Desharnais n’avait pas encore inscrit de point et affichait un différentiel de -3 dans la série. Kris Knoblauch se devait de changer quelque chose, les Oilers accusant un retard dans cette confrontation.

En entrevue avec JIC, le colosse de 28 ans a exprimé sa surprise et sa déception face à la décision de son entraîneur. À ses yeux, le retrait de l’équipe ne semblait motivé par rien d’autre que le désir de réveiller les troupes.

« C’est sûr que c’était une situation un peu frustrante, un peu difficile à avaler. Veux, veux pas, j’ai joué les 15 premiers matchs. Je faisais partie de l’équipe, je jouais un rôle important, et du jour au lendemain, je suis laissé de côté. Il n’y avait pas de raison exacte. C’était juste pour brasser les gars un peu. C’est tout à l’honneur du coach, ç’a très bien fonctionné » – Vincent Desharnais

En bon coéquipier, il a vanté les mérites du jeune Broberg qui s’est rapidement mis au diapason, marquant un but lors du cinquième affrontement.

L’adversité est un mot assez familier pour le joueur originaire de Laval. Après tout, il a débuté sa carrière dans la LNH à l’âge de 26 ans après avoir fait la navette entre la Ligue américaine et la ECHL.

Voir son équipe se hisser en finale de la Coupe Stanley est un très beau prix de consolation après tant d’épreuves. Cependant, il garde espoir que ses compétences seront sollicitées sur la glace contre les Panthers. Il sera prêt à répondre présent dès que l’occasion se présentera.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

AUTRES

NOUVELLES