Arber Xhekaj (Instagram des Canadiens de Montréal)

Xhekaj aura plusieurs nouveaux amis!

PARTAGER

Arber Xhekaj n’a mis que quelques mois avant de se faire un nom à travers la LNH en tant que l’un des meilleurs hommes forts du circuit.

Bien qu’il ait raté 31 matchs en raison d’une blessure à une épaule, Xhekaj a été l’un des 12 joueurs à enregistrer plus de 100 minutes de pénalité.

Il a également terminé au cinquième rang du circuit avec neuf punitions majeures. S’il avait disputé 82 rencontres, il aurait pu en récolter 14, ce qui lui aurait valu la première position, à égalité avec Nicolas Deslauriers, des Flyers.

Xhekaj sera ciblé cette saison. Plusieurs hommes forts vont vouloir le tester ou encore prendre leur revanche.

Uniquement dans la division du Canadien, plusieurs équipes ont embauché de solides clients.

Ryan Reaves est rendu à Toronto, qui a également ajouté des pestes comme Max Domi et Tyler Bertuzzi.

Tanner Jeannot sera présent dès le jour 1 à Tampa Bay. Les Bruins ont rapatrié Milan Lucic, eux qui misent aussi sur Trent Frederic et AJ Greer.

Zack MacEwen et Bokondji Imama sont des nouveaux venus à Ottawa, qui avait déjà Mark Kastelic.

Maintenant avec les Sabres, Jordan Greenway n’est pas un champion boxeur, mais il est capable de jeter les gants ici et là et il est fort comme un cheval.

Bref, dans la division Atlantique, il n’y a que les Panthers et les Red Wings qui n’ont pas de bagarreurs à proprement dit.

Arber Xhekaj n’a qu’à bien se tenir. Il va recevoir des invitations pratiquement chaque soir. À lui de bien choisir ses partenaires de danse et, surtout, le bon moment pour jeter les gants pour ne pas nuire à son équipe.

Assuré de rien

De toute façon, avant tout cela, Xhekaj doit s’assurer de débuter la saison à Montréal. Mike Matheson, David Savard, Kaiden Guhle, Justin Barron, Jordan Harris, Gustav Lindstrom, Johnathan Kovacevic, Chris Wideman et lui se battent pour les six postes réguliers en défense.

Xhekaj est assurément devant Lindstrom, Kovacevic et Wideman dans l’organigramme de Martin St-Louis, mais le fait qu’il n’ait pas à passer par le ballotage s’il est soumis à Laval pourrait lui nuire. À lui de connaître un bon camp d’entraînement.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

AUTRES

NOUVELLES