Crédit : @RDS sur X

La pression de Montréal n’effraie pas Catton

PARTAGER

Dans les dernières années, les partisans du Canadien ont vu de nombreux joueurs s’amener dans la métropole et, pour une raison ou une autre, ne pas performer à la hauteur des attentes qui étaient placées en eux. Dans certains autres cas, c’est tout le contraire qui s’est passé, alors que des joueurs ont véritablement explosé en endossant l’uniforme bleu-blanc-rouge. C’est quasiment devenu un cliché, mais ce ne sont pas tous les joueurs qui sont en mesure de supporter la pression qui vient avec le fait d’être un Canadien de Montréal.

Dans une entrevue avec le journaliste de TVA Sports Anthony Martineau, l’attaquant des Chiefs de Spokane, dans la Ligue junior de l’Ouest (WHL), jouer avec cette pression ne le placerait pas dans un terrain inconnu, bien au contraire.

Comme en témoignent ses 54 buts et 116 points en 68 matchs cette saison, le talent lui sort par les oreilles. Ces statistiques impressionnants lui ont permis de devenir seulement le quatrième joueur à marquer au moins 50 buts et 115 points à son année d’éligibilité au repêchage au 21e siècle après Sidney Crosby, Patrick Kane et Connor Bedard. Ses mains rapides et son agilité sur patins font des lui une arme redoutable en offensive. Il est en mesure d’exploiter pleinement ses atouts grâce à sa vision et sa compréhension du jeu qui le distinguent de la grande majorité des patineurs de son âge.

Si plusieurs partisans s’amuseront d’ici le 28 juin prochain à débattre à savoir quel joueur le CH devrait choisir avec le cinquième choix au total, Catton est convaincu que l’équipe qui jettera son dévolu sur lui ne sera pas déçue.

Comme beaucoup avant lui, un bémol très important aux yeux de plusieurs organisations ralentit quelque peu leurs ardeurs envers Catton : sa taille. Malgré ses 5 pieds 10 pouces et 175 lb, le natif de la Saskatchewan ne croit pas que son petit gabarit l’empêchera de performer à la hauteur des attentes dans la Ligue nationale de hockey.

@Antho_Martineau sur X

Si de nombreux amateurs et dirigeants d’organisation continuent de douter de ses capacités, le jeune homme ne semble pas du tout s’en faire avec les critiques. Plusieurs joueurs de petites statures ont fait taire leurs détracteurs au fil des années, dont un certain Martin St-Louis, qui pourrait être son entraîneur-chef dès octobre.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

AUTRES

NOUVELLES