(crédit photo: La Poche Bleue)

Notre hockey ne va pas bien

PARTAGER

Il y a le Match des étoiles en fin de semaine et je dois avouer que mon intérêt est assez bas.

Pas que le spectacle n’est pas bon, mais peu importe la formule, je ne vous surprendrai pas en vous disant que le fait qu’il n’y aucun Québécois sur place me déçoit beaucoup. Je sais qu’il y a des circonstances et tout et tout … mais c’est quand même plate…

Un dur rappel que notre hockey ne va pas bien.

La fleur de lys tatouée sur le cœur

Je suis un fier Québécois jusqu’à la moelle. Ce n’était pas toujours facile d’être un frenchie dans la LNH. Sans entrer dans les détails, j’en ai entendu des choses qui ne se répètent pas ici. Mais on était fier et on était tissé serré. J’ai toujours trouvé ça vraiment réconfortant d’entrer dans le vestiaire du CH et de retrouver Patrice Brisebois, Mathieu Dandenault, Steve Bégin et Francis Bouillon.

Bouillon était tellement fier quand j’ai mis le chandail pour la première fois qu’il s’est levé pour m’applaudir et tous les gars ont embarqué après. Pour Francis, c’était spécial de voir un autre Québécois enfiler le Bleu Blanc Rouge et c’était sa façon de le souligner. Ç’a été un des beaux moments de ma carrière.

Dans le contexte de l’époque, c’était magique. Le hockey et les Canadiens de Montréal étaient encore une religion. Pour mes parents, me voir jouer dans la LNH, c’était un bonus énorme. Je viens d’une famille très modeste. Ils buchaient fort pour me donner l’occasion de JOUER au hockey. J’insiste sur le mot JOUER. Ils voyaient bien que j’avais du talent et que je marquais des buts (vous devez me croire svp!) mais l’objectif n’était pas la LNH.

Mais ce n’est pas tous les parents qui étaient comme ça et malheureusement, c’est loin de s’être amélioré. Les histoires d’individus cinglés dans les arénas ne datent pas d’hier. Je me souviens qu’il y avait eu une rencontre entre certains parents de mon équipe pour que je ne sois plus éligible à recevoir le titre de joueur du match. Ma mère m’avait simplement dit de le remettre à un autre. Un meeting de parents pour ça!!??

Aujourd’hui, il n’est pas rare d’entendre des histoires de coachs bénévoles ou d’arbitres qui se font crier après, insulter et même frapper par des parents fous… on est en train de perdre ce beau monde-là, on est en train de perdre notre sport! Tout ça pourquoi? Pour que ton enfant soit dans le AA à 8-9 ans? Pour que tu puisses penser que ton enfant, avant même d’avoir entendu sa voix muer, a des chances de jouer dans la LNH?!? Come on!

Comment on peut se faire croire que l’important c’est le plaisir quand à 10 ans, certains jeunes jouent au hockey 12 mois par année alors que les joueurs de la LNH jouent 7-8 mois max…

Le but du hockey, c’est de développer des valeurs en s’amusant en gang. C’est l’école de la vie ça.

On l’a échappé et le pire, c’est qu’on pense encore qu’on l’a!

Cet article a été rédigé en collaboration avec Marc-André Perreault

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

AUTRES

NOUVELLES