Detroit Free Press

Patrick Roy dévoile à La Poche Bleue pourquoi la rivalité Colorado-Detroit était aussi intense!

De passage à La Poche Bleue mardi soir, Patrick Roy a révélé pourquoi la rivalité Avalanche-Red Wings, à la fin des années 90 et au début des années 2000, était aussi intense. En fait, tout ça a commencé à Montréal!

« Detroit, c’était plus que ça, parce que c’était l’équipe qui m’avait sorti de Montréal. C’était mon dernier match avec le Canadien et ça, pour moi, quand je les croisais sur mon chemin, j’avais beaucoup de choses qui me traversaient la tête. Donc, c’est sûr qu’il y avait une animosité qui se faisait naturellement pour moi », a commencé par dire Roy, avec son honnêteté habituelle.

« En arrivant au Colorado [1995-1996], j’ai quasiment envie de te dire qu’ils avaient gagné 60 games et plus [62-13-7!]. On est allé les battre en six [en finale de l’Ouest]. C’était la fameuse mise en échec par derrière de Claude Lemieux [sur Kris Draper]. C’était définitivement une sanction et c’est un geste qu’on ne veut pas voir au hockey. Mais les deux équipes, on le savait que dorénavant, il faudrait passer l’une par l’autre pour gagner la coupe Stanley.

« D’ailleurs, dans ces années-là, les Red Wings ont gagné trois ou quatre fois la coupe Stanley [1997, 1998 et 2002], nous on l’a gagné deux fois [1996 et 2001] et Dallas l’a gagné une fois [1999] sur une période de huit ans. La seule équipe dans l’Est qui l’a gagné, c’est Martin avec les Devils, au New Jersey [1995, 2000 et 2003].

« Il est arrivé un moment donné le fameux match où Claude Lemieux aurait peut-être dû se battre avec Darren McCarty, pour régler le cas. Il ne l’a pas fait et là, ça a dégénéré. Honnêtement, à l’intérieur de nous tous [les joueurs de l’Avalanche], on a tous un regret, parce qu’on a perdu notre focus. On ne pensait plus à gagner des games de hockey [contre Detroit], on pensait juste à se venger. La game, c’est la game, et il faut gagner au pointage, pas penser à tout ce qui se passe à l’extérieur. On a embarqué dans ce jeu-là, avec beaucoup de regrets. Je suis sûr que ça nous a coûté une ou deux coupes Stanley de plus. »

La haine des Red Wings pour Roy a donc commencé le 2 décembre 1995, au Forum, lors de cette fameuse défaite de 11-1 synonyme de dernier match pour lui dans l’uniforme tricolore. On s’en souvient tous.

D’ailleurs, dans son illustre carrière, Roy s’est battu trois fois, dont deux contre les Red Wings: le 26 mars 1997, contre Mike Vernon, et le 1er avril 1998, contre Chris Osgood.

L’explication de son dédain des Wings, comme il dit, prouve à quel point il a toujours été ultra-compétitif!

Voyez le segment d’hier ici:

La mise en échec de Claude Lemieux sur Kris Draper:

PARTAGER :

Facebook
Twitter

AUTRES ARTICLES

Bruce Boudreau reçoit un beau cadeau

Congédié par les Canucks de Vancouver le 22 janvier dernier, Bruce Boudreau n’a pas été oublié en Colombie-Britannique. Le congédiement de l’entraîneur-chef a été extrêmement

Alex Belzile est récompensé

L’attaquant du Rocket de Laval et du Canadien de Montréal, Alex Belzile, a été récompensé dans la Ligue américaine de hockey (LAH), mercredi. Il participera