(crédit photo: Bob Frid)

Qui est Kris Knoblauch, le sauveur improbable des Oilers?

PARTAGER

SUNRISE, Floride – Bien avant que Jay Bouwmeester ne devienne champion de la Coupe Stanley avec les Blues de St-Louis, il disait, enfant, que son seul but dans la vie était de jouer pour les Golden Bears de l’Université de l’Alberta.

Dans un univers alternatif, Kris Knoblauch pourrait encore être l’entraîneur des Golden Bears – s’il avait obtenu le poste lors de l’entrevue en 2012.

« Je parierais que ce serait le cas », a déclaré cette semaine depuis l’Autriche Rob Daum, entraîneur de longue date des Golden Bears, qui a entraîné Knoblauch pendant cinq ans sur le campus. « Je sais qu’il aurait été ravi d’occuper ce poste. »

Il arrive que l’on se retrouve exactement là où l’on est censé être, que ce soit par destin ou par pure coïncidence. L’histoire de ses origines pourrait expliquer pourquoi certains pensent que c’est le premier cas qui s’est présenté à Knoblauch.

Aujourd’hui âgé de 45 ans, Knoblauch n’a pas été retenu pour le poste d’entraîneur des Golden Bears en 2012. Lorsqu’on a appris qu’il était deuxième pour le poste, il a été congédié par le Ice le Kootenay dans la WHL, ce qui l’a mené à Connor McDavid et aux Otters d’Érié dans la OHL, puis à Edmonton, où tout a commencé – mais avec les Oilers.

« Je pense qu’on a sous-estimé l’impact que Kris a eu sur les Oilers cette année », a déclaré Daum, qui est toujours entraîneur dans la ligue professionnelle autrichienne de premier niveau. « De la gestion du personnel à la prise de décisions clés, il est remarquable de voir à quel point cette équipe a changé depuis novembre jusqu’à aujourd’hui. »

Cette finale de la Coupe Stanley marque non seulement la plus grande distance entre les villes (4190 km) dans l’histoire de la ligue, mais aussi le plus grand fossé dans l’expérience de la LNH parmi les entraîneurs principaux derrière le banc.

Paul Maurice, de la Floride, a entraîné le deuxième plus grand nombre de matchs de saison régulière dans l’histoire de la LNH (1 849) et Knoblauch (69 matchs) n’a pas une saison complète à son actif, puisqu’il a été embauché le 12 novembre après le départ d’Edmonton (3-9-1). Cette finale dépasse l’écart (1 579 matchs) enregistré en 2002 entre Scotty Bowman de Detroit et Maurice, qui travaillait alors avec les Carolina Hurricanes.

Mais si vous vous attendez à ce que Knoblauch ait les yeux écarquillés et soit submergé par le moment, ce n’est pas l’homme qu’est le « Saskatchewan Stoic ».

La seule émotion – positive ou négative – que nous avons vue chez Knoblauch depuis qu’il est devenu l’entraîneur des Oilers a été un coup de poing après que les Oilers ont remporté la Conférence de l’Ouest dimanche soir.

« Je n’arrête jamais de parler et je ne suis pas sûr que Kris ait jamais vraiment dit grand-chose dans notre bureau d’entraîneur », a déclaré Ian Laperriere, qui a entraîné Knoblauch dans l’équipe de Dave Hakstol avec les Flyers de Philadelphie pendant deux saisons, et qui l’a ensuite affronté dans la LAH cette saison entre les équipes de Lehigh Valley et de Hartford. « C’est ce qu’il est. »

Knoblauch est originaire d’Imperial, en Saskatchewan (360 habitants), au beau milieu entre Saskatoon et Regina. Knoblauch mesure 6 pieds 4 – pas aussi grand que son père Bob, 6 pieds 6, joueur de la ligue de hockey senior d’Imperial – mais vous ne remarquerez peut-être même pas qu’il est dans la pièce.

« C’est une personne humble. Il était tellement discret qu’on ne se rendait pas compte qu’il était là », a déclaré Daum. « Un vrai leader discret. Ce n’était pas un joueur tape-à-l’œil. Il n’a jamais cherché à être sous les feux de la rampe. »

Le garçon de ferme qui rafle tout sur son chemin

Cette sensibilité de garçon de ferme de l’Ouest canadien lui conférait le tempérament parfait pour devenir entraîneur. Et il savait entraîner.

Dès sa première année à Kootenay, l’Ice remporte le championnat de la WHL. À Érié, Knoblauch est devenu le premier entraîneur de l’histoire de l’OHL à remporter 50 matchs au cours de quatre saisons consécutives (dans un calendrier de 68 matchs) – et il n’a pu compter sur McDavid que pour deux d’entre elles.

Il a ensuite passé deux ans en tant qu’assistant avec les Flyers avant de devenir l’entraîneur en chef du Wolf Pack de Harftord dans la LAH. Il a également refusé de rejoindre l’équipe de Gerard Gallant avec les New York Rangers.

« Certains gars sont plus des entraîneurs en chef que des entraîneurs adjoints », a déclaré Laperriere, qui est maintenant l’entraîneur en chef des Phantoms de Lehigh Valley dans la LAH. « Selon moi, c’est le cas de Kris. Lorsque nous avons joué contre Hartford cette année, on pouvait voir à quel point ils étaient préparés. Leur jeu de puissance, leurs tirs au but, tout était synchronisé. Je n’ai jamais vu ce côté de lui en tant qu’assistant. »

Pourtant, la nature humble de Knoblauch pourrait bien avoir ralenti son ascension dans les rangs. Car Knoblauch n’est pas un rabat-joie. Il n’est pas un autopromoteur. Il n’est pas quelqu’un qui va « épater » un directeur général ou un propriétaire lors d’une interview.

Des circonstances particulières pour un entraîneur particulier

Il aura fallu des circonstances particulières, des gens qui connaissaient de première main le genre d’entraîneur qu’était Knoblauch – plutôt que des gens qui devaient le croire ou s’y référer – pour qu’il ait l’occasion d’être entraîneur-chef dans la LNH.

Et cet endroit, c’était Edmonton. Cela a commencé avec le président des Oilers de l’époque, Kevin Lowe, qui a appris à connaître Knoblauch lorsqu’il était à Érié, car les Oilers ont établi une relation profonde avec la propriétaire des Otters d’Érié, Sherry Bassin, bien avant que McDavid n’y atterrisse avec un statut exceptionnel lors du repêchage de la Ligue de hockey de l’Ontario (OHL).

Elle s’est poursuivie avec Bob Stauffer, le présentateur radio des Oilers, qui a l’oreille des personnes les plus puissantes du front office d’Edmonton. Stauffer était directeur de l’information sportive à l’Université de l’Alberta et a demandé sa femme Kathy en mariage à l’antenne un soir où Knoblauch a marqué cinq buts pour les Golden Bears.

Depuis lors, Stauffer s’était fait le fan #1 de Knoblauch en tant qu’entraîneur, convaincu que Knoblauch pourrait faire la différence si on lui en donnait l’occasion. Knoblauch est apparu régulièrement dans l’émission quotidienne de Stauffer, Oilers Now sur 630 CHED, plusieurs fois par saison au cours de la dernière décennie, alors qu’il n’avait pratiquement aucun lien avec l’équipe.

« J’avais une idée assez précise de la façon dont les Oilers allaient jouer sous la direction de Kris Knoblauch », a déclaré Stauffer, « mais je ne savais pas qu’il serait aussi imperturbable ».

La pièce la plus importante du puzzle Knoblauch est peut-être l’arrivée de Jeff Jackson, qui a rejoint les Oilers l’été dernier en tant que directeur général des opérations hockey. En tant qu’agent, Jackson a vu tant de clients jouer pour Knoblauch à Érié ou Hartford qu’il est devenu un adepte : McDavid, Connor Brown, Alex DeBrincat, Taylor et Darren Raddysh, Travis Dermott et Ben Harpur. En novembre, Knoblauch avait été qualifié par beaucoup d’« entraîneur embauché par McDavid », mais cela ne pouvait pas être plus éloigné de la vérité.

« Comme tout entraîneur, il avait besoin de quelqu’un dans son coin qui était prêt à se battre pour lui », a déclaré Daum. « Quiconque cherche de l’exubérance ou de l’enthousiasme de sa part lors d’une entrevue n’aura jamais cette impression. Ce n’est pas lui. »

Ses débuts à Edmonton

La dernière pièce, bien sûr, a été le départ désastreux de 2-9-1 qui a fait sombrer les Oilers à la 31e place et a coûté son poste à Jay Woodcroft, ouvrant la porte à tout cela. Il y avait une chance que Hartford ne ramène pas Knoblauch comme entraîneur-chef la saison prochaine, et maintenant il est à quatre victoires de graver son nom dans l’immortalité du hockey.

Il a fallu à Edmonton huit entraîneurs depuis 2012 pour arriver à Knoblauch et faire ce qu’il fallait : Ralph Krueger, Dallas Eakins, Todd Nelson, Todd McLellan, Ken Hitchcock, Dave Tippett et Woodcroft. Peut-être, juste peut-être, que c’est vraiment à cela que ressemble le destin.

Malgré tout, Knoblauch n’a jamais changé. Si vous pouviez braquer un projecteur sur son cerveau, les seuls mots que vous pourriez y lire seraient : « Connais-toi toi-même ».

« Je crois fermement que l’on est ce que l’on est », a déclaré Laperriere. « Je crois que c’est la raison pour laquelle il réussit, la façon dont Kris traverse son équipe. Il n’essaie pas d’être quelqu’un qu’il n’est pas, parce que les joueurs le comprennent très bien. »

Daum se reconnaît beaucoup dans Knoblauch : « J’avais le même type de comportement. Je peux vous dire qu’à l’intérieur, il ressent toutes ces émotions, mais il a la capacité de les contrôler et de les maîtriser. C’est son style.»

Et en regardant les Oilers jouer, on retrouve dans cette finale de la Coupe Stanley un grand nombre des facettes que Daum a inculquées à Knoblauch. Leur couverture de la zone défensive et leur positionnement, leurs échappées et leur efficacité, leur philosophie du forechecking. Il y a tellement de miettes qui nous ramènent directement à l’aréna Clare Drake.

C’est pourquoi, lorsque les Oilers étaient au milieu d’une série de huit victoires cette saison sous la direction de Knoblauch, le début du redressement de leur saison, c’est exactement là qu’il a passé une soirée de congé – en regardant les Golden Bears jouer sous la direction de Ian Herbers, l’homme qui a obtenu ce poste.

« C’est un témoignage de ce qu’il voulait », a déclaré Daum. « Il n’a pas lâché l’affaire. Il n’a jamais perdu de vue l’objectif à atteindre. »

L’article original a été publié sur Daily Faceoff.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

AUTRES

NOUVELLES